Un dernier verre avant la guerre / Dennis Lehane

Publié: 23 août 2007 dans Polar américain
Tags:, , , , , , ,
Un dernier verre avant la guerre est le premier livre de Dennis Lehane, un des maîtres du roman noir actuel. C’est également le premier livre mettant en scène le tandem de détectives privés bostoniens Kenzie-Gennaro.

2743607386-08-_sclzzzzzzz_Résumé

Amis depuis l’enfance, Patrick Kenzie et Angela Gennaro sont détectives privés. Ils ont installé leur bureau dans le clocher d’une église de Boston. Un jour, deux sénateurs influents les engagent pour une mission apparemment simple : retrouver une femme de ménage noire qui a disparu en emportant des documents confidentiels.
Ce que Patrick et Angela vont découvrir, c’est un feu qui couve « en attendant le jet d’essence qui arrosera les braises ». En attendant la guerre des gangs, des races, des couples, des familles.

Mon avis

Ce livre est un pur bonheur. Dans le genre du roman noir, je peux difficilement attendre mieux. J’y ai trouvé tout ce que j’attends d’une telle lecture. Une intrigue qui démarre somme toute assez simplement avant de se complexifier. Lehane est un conteur hors-pair : les personnages, et les relations qu’ils entretiennent entre eux sont authentiques. Que dire des lieux ? Le Boston de Lehane peut vraiment rivaliser avec le Los Angeles d’Ellroy. On découvre ses milieux interlopes, des politiques corrompus au guerres de gangs en passant par les méfaits racistes. Kenzie, Gennaro et Bubba sont tous attachants, et je n’ai pas eu de mal à me mettre dans la peau du premier cité. En plus d’une noirceur impeccable, Lehane sait faire preuve d’un certain humour, dont je suis assez admiratif, notamment par l’intermédiaire des répliques de  Kenzie.
Lehane, que j’avais découvert avec Mystic River et Shutter Island m’impressionne vraiment. Chacun de ses livres est exceptionnel et je ne me lasse pas de les découvrir.

Un dernier verre avant la guerre (A Drink Before the War, 1994), de Dennis Lehane, Rivages (1999). Traduit de l’anglais (États-Unis) par Mona de Pracontal, 294 pages.
Lu en Rivages/Noir (2001), 343 pages.

Publicités
commentaires
  1. Sylvie dit :

    Je ne connaissais pas du tout ce titre !

    J'aime

  2. Jean-Marc Laherrère dit :

    Quelle chance de découvrir Lehane et sa série Kenzie/Gennaro ! Dans la série, le second (ténèbres prenez-moi la main, et le quatrième Gone, baby gone) sont absolument exceptionnels. Les deux autres (sacré et prières pour la pluie) sont « simlement » impressionnants, c’est à dire aussi forts que celui que tu viens de lire ! Bonne lecture

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s