Le massacre du Maine / Janwillem Van de Wetering

Publié: 26 septembre 2008 dans Polar néerlandais
Le massacre du Maine est une des œuvres les moins méconnues de Janwillem Van de Wetering, auteur néerlandais prolifique nous ayant quitté début juillet dernier.
C’est pour ce roman qu’il a obtenu en 1984 le célèbre Grand prix de littérature policière.

Résumé

Quand un policier hollandais quitte son paisible pays et débarque en Amérique, c’est pour découvrir une contrée où la violence et les larmes parlent quotidiennement.
Une série de meurtres, une population locale qui pratique la loi du silence et une femme, aussi belle que mystérieuse, sont au cœur de ce Massacre du Maine.

Mon avis

Si la lecture de ce roman m’a été agréable sur le moment, il ne m’en reste déjà plus grand chose seulement trois semaines plus tard.

On à affaire dans ce livre au sergent-détective de Gier et à l’adjudant-détective Grijpstra, de la police municipale d’Amsterdam, les deux personnages récurrents de l’auteur, qui sont plutôt sympas, mais n’ont rien d’exceptionnel.
L’intrigue est peu complexe et n’a pas grand chose d’original : bref, elle est assez moyenne.

Le talent de l’auteur réside à mon avis essentiellement dans les descriptions de cette région « perdue » des Etats-Unis, dans laquelle Van de Wetering a débarqué un beau jour en provenance d’Amsterdam, tout comme le font ses deux personnages dans le roman.
La vie locale du fin fond du Maine et le quotidien de la police dans cette zone rurale, où les seuls problèmes sont causés par les poivrots de village et un gang de voyous à la petite semaine sont bien traités. De plus le fait que deux des personnages soient étrangers au Maine permet à l’auteur de confronter des points de vue différents sur certains aspects, comme la manière d’interpeller un suspect par exemple, avec un brin d’ironie parfois.
Bien qu’il soit loin du niveau de 1275 âmes, Le massacre du Maine par certains sujets abordés comme la « délinquance » dans l’Amérique profonde, rappelle de temps en temps le chef-d’œuvre de Jim Thompson.

Ce roman est loin d’être mauvais, mais je ne lui ai rien trouvé d’exceptionnel – justifiant son prix – et je crains qu’il ne m’en reste que bien peu de souvenirs d’ici à quelques années.

Pour en savoir plus : un article intéressant sur l’auteur et son oeuvre sur Europolar.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s