Le carré de la vengeance / Pieter Aspe

Publié: 16 novembre 2008 dans Polar belge

Le carré de la vengeance est la première enquête du commissaire Van In créé par Pieter Aspe à paraître en France.

Ce livre fait partie de la sélection automnale du Prix SNCF du polar dans la catégorie « Polars européens ».

Résumé

Van In : ce flic-là, vous allez l’adorer ! Un sale caractère, aucun sens de la hiérarchie, un humour caustique… cet amateur d’art, de cigares, de bière et de jolies femmes (et plus particulièrement Hannelore Martens, substitut du procureur) n’a pas son pareil pour déjouer les affaires les plus tordues. Bruges, la mystérieuse : Bruges, c’est SA ville. Elle ne peut rien cacher à Van In.

Mon avis

Il faut avant tout savoir que si le commissaire Van In est encore quasiment inconnu dans l’hexagone, il est depuis longtemps (ce roman est sorti là-bas en 1995) une valeur sûre du polar en Belgique où chaque nouveau roman fait un tabac avant d’être adapté à la télévision.

J’ai trouvé ce bon roman policier très « décontractant ». Je m’explique.

Le carré de la vengeance est un de ces romans policiers qui se lisent très bien et avec plaisir : jusque là rien d’anormal.
Mais il s’agit surtout d’un roman policier où la violence est très peu présente et où le sang et le sexe sont aux abonnés absents, ce qui est très rare de nos jours, je peux vous l’assurer.

Se passer de ces ingrédients que trop d’auteurs croient indispensables à un « vrai » polar est déjà en soi un pari osé.
Ajoutez à cela des personnages réussis et une intrigue crédible qui tient le lecteur en haleine et on n’est pas loin du coup d’éclat.

Les personnages, qu’ils soient  principaux ou secondaires, sont tous plaisants.
Concernant les personnages principaux, j’ai trouvé intéressant de suivre l’histoire de Van In avec la procureur Martens (certes un peu trop parfaite, comme souvent les premiers rôles féminins dans le polar, pour être totalement crédible), le suspense étant total (je rigole) : osera-t-il l’aborder ?
Parmi les personnages secondaire, j’ai beaucoup aimé le petit bleu qui n’y connaît rien aux femmes et tanne constamment ses collègues avec ses questions.

L’intrigue, dont le démarrage autour d’un vrai faux cambriolage de bijouterie dans le centre de Bruges est assez originale au départ puis devient plus « classique » par la suite tout en restant agréable à suivre jusqu’au bout.

Permettez-moi de mettre un carton jaune à l’éditeur pour son « résumé » de quatrième de couverture, aussi pitoyable qu’inexact à mon goût. Un vrai résumé d’accord, mais ça : mieux vaut s’en passer. Et si on n’adore pas Van In, on peut attaquer pour publicité mensongère ?

Cette première enquête de Van In est un bon polar, qui ne heurtera personne, idéal à lire pour faire une coupure après une indigestion de polars sanglants.

Pour ceux qui ne pourraient déjà plus se passer de Van In : la seconde enquête du commissaire de Pieter Aspe, Chaos sur Bruges est déjà sortie.


Le carré de la vengeance (Het vierkant van de wraak, 1995) de Pieter Aspe, Albin Michel (2008), traduit du néerlandais (Belgique) par Emmanuèle Sandron (336 pages).
Publicités
commentaires
  1. for more details dit :

    I am interested to read such crime thriller stories. Like you mentioned this is a good book for the people need to relax and this story also goes through some funny moments. I am waiting to read the second edition of this book.

    J'aime

  2. Emmanuel Pailler dit :

    Merci de votre passage. Je découvre votre site…c’est riche ! A bientôt pour d’autres considérations sur la traduction…et les livres.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s