Little Bird / Craig Johnson

Publié: 26 juin 2009 dans Polar américain
Little Bird, publié par les éditions Gallmeister est le premier roman de Craig Johnson traduit en France. C’est également la première enquête du shérif Walt Longmire.

Résumé

Cody Pritchard est retrouvé mort en pleine nature, près de la réserve cheyenne. Nombreuses sont les personnes à détester le jeune homme après qu’il a abusé de Melissa Little Bird. Surtout depuis qu’un jury composé de blancs lui a permis de retrouver sa liberté malgré le viol de la jeune indienne.
Un accident de chasse ? Une vengeance ? C’est ce que l’enquête devra révéler. Celle-ci est conduite par celui qui représente la loi sur le comté d’Absaroka :  l’atypique shérif Walt Longmire, qui n’attendait plus que la retraite après un quart de siècle de bons et loyaux services.

Mon avis

« Les moutons s’en étaient donné à cœur joie. La veste orange était déchirée à l’endroit  où ils avaient essayé de la bouffer, les manches de sa chemise de flanelle étaient en loques, et même ses bottes donnaient l’impression d’avoir été grignotées. Ils avaient dormis couchés sur lui, récupérant les dernières parcelles d’énergie de feu Cody Pritchard à mesure que son corps refroidissait. Enfin, au grand dam des types du labo, ils avaient chié sur le cadavre.
Je tendis le bras vers les moutons au pied de la colline.
–    J’imagine que tu va vouloir interroger les témoins. »

L’intrigue est assez classique mais captivante, Craig Johnson distillant indices contradictoires et rebondissements de manière à ne pas laisser d’autre choix au lecteur que de poursuivre jusqu’à un dénouement émouvant et inattendu.

« Son ton était hésitant et j’étais certain qu’il y avait quelque chose à creuser, là. Alors, j’avais utilisé un de mes vieux trucs de flic et je lui avais demandé s’il n’y avait pas quelque chose qu’elle voulait me dire. Elle avait utilisé un de ses vieux trucs de mère et m’avait répondu non. Les trucs de flics ne font pas le poids devant les trucs de mère. »

Si l’intrigue n’est pas aussi secondaire que dans bien des romans noirs, je pense que la réussite de l’auteur vient surtout de son talent dans l’écriture.
Les personnages – qu’ils aient d’ailleurs un rôle important ou non – sont exceptionnels. En tête de ce casting figurent Walt Longmire, un shérif de 118 kg se laissant aller depuis la mort de sa femme ; Henry Standing Bear, son ami indien gérant de bar ; Vic, sa collègue au caractère bien trempé, et tous les autres… Bref, de vrais bons personnages, comme j’aimerais en voir plus souvent. L’humour est également très présent, particulièrement dans des dialogues parfois à mourir de rire.

« Je regardai les traînées de nuages reflétées par la lune. Il avait l’air de faire froid dans la montagne. Nous étions dans la cinquième année d’un cycle de sécheresse et les ranchers se réjouiraient de voir l’humidité s’accumuler là-haut. Au printemps, l’eau porteuse de vie descendrait le long des précipices, faisant pousser l’herbe, nourrissant les vaches, pour qu’on ait des hamburgers et que le shérif soit payé. C’était dans l’ordre naturel des choses, ou du moins, c’était ce que les ranchers me disaient et me répétaient »

Enfin, Craig Johnson n’a pas son pareil pour nous faire aimer sa région, le Wyoming. Les Big Horn Mountains, la réserve indienne, jusqu’aux méditations de Walt devant le vol des oies sauvages : les descriptions de la nature sont sublimes et teintées de poésie.
Bien qu’on voyage déjà à la lecture, c’est clairement le type de roman qui me donne envie de voir le vaste monde.

« Il grimaça et bougea un peu.
–    Une douleur ?
–    Non, j’ai ce qu’il faut, merci.
J’avais envie de lui mettre mon poing sur la figure. »

Bravo et merci à Gallmeister de nous permettre de découvrir cet auteur de talent qu’est Craig Johnson en proposant ce premier volet des enquêtes de Walt Longmire – les autres vont suivre et cinq sont déjà paru outre-Atlantique.
Little Bird est une véritable réussite qui ne donne qu’une seule envie : retrouver rapidement Walt, Henry, Vic et les autres pour de nouvelles aventures dans les grands espaces du  Wyoming.

Une lecture que je vous conseille très vivement. Mon coup de cœur de l’année pour l’instant.


Little Bird (The Cold Dish, 2006) de Craig Johnson, Gallmeister (2009). Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sophie Aslanides (424 pages).
Publicités
commentaires
  1. alexe dit :

    C’est une librairie indépendante, ça explique peut-être des choses. Sinon, j’ai hate de connaître ton opinion sur le dernier DOA. Personnellement, je le trouve réussi mais Pierre Faverolle de Black-Novel est plus mitigé.

    J'aime

  2. alexe dit :

    Je l’avais repéré en librairie celui-là. Encore un titre à ajouter sur ma liste !

    J'aime

  3. Hannibal dit :

    Tu peux y aller sans crainte, c’est vraiment du très bon. Tu as un bon libraire on dirait (les bons livres comme celui-ci ne sont pas forcément très visibles – voire pas du tout – dans les points de vente). Je commence aussi bientôt le dernier DOA. A bientôt

    J'aime

  4. jeanjean dit :

    On retrouvera Walt et les autres dès le printemps prochain, le second volume est en cours de traduction. Suivront les autres, au rythme de 1/an. Olivier gallmeister, que j’ai rencontré à St Malo, me disait que la série s’améliore de livre en livre et que que les personnages se densifient. On verra ! @+

    J'aime

  5. Hannibal dit :

    Attention, tu risque de vexer Monsieur Gallmeister, son prénom c’est Oliver pas Olivier. J’ai également eu la chance de le rencontrer (à la médiathèque de Quimperlé (29)) et il m’avait également certifié qu’il éditerait la suite des aventures de Walt et compagnie (par contre j’avais pas d’info sur la date). Si la série s’améliore ça promet vraiment. J’ai hâte de voir ce que ça va donner parce que j’ai déjà trouvé celui-ci excellent. A bientôt

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s