Pyromane / Wojciech Chmielarz

Publié: 12 juin 2018 dans Polar est-européen, Polar polonais
Tags:, , , , , , ,

Pyromane (Podpalacz) est un roman de Wojciech Chmielarz paru chez Agullo l’an dernier.
Il est traduit du polonais par Erik Veaux.

41i3irkjaklRésumé

Varsovie, 3 heures du matin, -20°C.
Un homme vêtu de sombre escalade une maison en prenant bien soin de rester dans l’ombre. Par la cheminée, il lâche une bouteille d’une préparation spéciale. Le temps pour lui de prendre la poudre d’escampette, la maison est déjà en proie aux flammes. Le propriétaire des lieux est retrouvé mort, carbonisé, mais sa femme a réussi à s’enfuir et échappe de peu à la mort mais pas à de terribles brûlures.
Jakub Mortka arrive sur les lieux. Sale affaire. Non seulement l’incendie est criminel – les pompiers sont catégoriques là-dessus, mais la femme rescapée n’est autre que Klaudia Klau, ancienne Miss et chanteuse de pop. En plus de sa hiérarchie, le « Kub » va devoir se coltiner les journalistes people.

Mon avis

Belle découverte que ce premier roman polonais proposé par les éditions Agullo, qui dénichent décidément d’excellents auteurs, en Europe de l’Est notamment – dans un autre style, on pense au Lituanien Jaroslav Melnik et à son exceptionnel Espace lointain par exemple. Il y a des personnages qu’on aime ; d’autres qu’on aime détester. Le Kub, c’est encore autre chose. Brut de décoffrage, on aime le voir détester tout le monde, à commencer par ses collègues, qu’il ne se gêne pas pour critiquer ouvertement quand l’envie lui en prend, ou cette « chamane » (comprenez une profileuse), que sa hiérarchie lui met dans les pattes. Ses frasques verbales sont plutôt tolérées car malgré son caractère bien trempé, Mortka est un excellent flic. Grand travailleur, tenace, ce n’est pas par hasard qu’il a gravi les échelons dans la section criminelle et antiterroriste. Au détriment de sa vie familiale, il est vrai – sa femme demande le divorce et il ne voit plus que sporadiquement ses deux fils encore petits.
On se demande un instant comment Wojciech Chmielarz va tenir le lecteur en haleine sur plus de quatre cent pages avec une histoire de pyromane en série. Après quelques chapitres et un rebondissement particulièrement bien senti, on comprend vite que l’auteur a plus d’un tour dans son sac. Les fausses pistes sont au rendez-vous, de même que le suspense, et c’est un plaisir que de voir l’auteur égratigner la Pologne actuelle à travers ses personnages et en particulier le Kub, qu’on a déjà hâte de retrouver.

Efficace et grinçant, Wojciech Chmielarz nous a concocté un coktail explosif qui donnera envie à nombre de lecteurs de prolonger l’aventure polonaise. Ça tombe bien, le Kub est déjà de retour dans La Ferme aux poupées, fraîchement paru chez Agullo.

Pyromane (Podpalacz, 2012), de Wojciech Chmielarz, Agullo/Noir (2017). Traduit du polonais par Erik Veaux, 416 pages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s