Archives de la catégorie ‘Polar jeunesse’

Les doigts rouges / Marc Villard

Publié: 2 décembre 2008 dans Polar jeunesse
Les doigts rouges est un roman policier pour la jeunesse de Marc Villard, auteur également bien connus des adultes.

Résumé

Que feriez-vous si vous soupçonniez votre grand frère chéri d’avoir commis un crime horrible ?
Ricky est rongé par le doute.

Mon avis

A l’occasion d’un dossier universitaire à rendre en « littérature jeunesse », j’ai choisi comme sujet – je vous le donne en mille – le polar jeunesse.
Mon dossier intitulé « Le polar à tout âge », comprend entre autres une bibliographie thématique d’une vingtaine d’ouvrages, par moi sélectionnés.
Je parlerai donc plus souvent ici de romans jeunesse (voire même d’albums ou de bandes dessinées jeunesse) tout en restant dans le domaine du policier.
Vous l’aurez compris, Les doigts rouges fait partie de cette sélection (tout comme Le chat de Tigali ou Tirez pas sur le scarabée ! dont je vous avais déjà touché deux mots par ici).

Je connaissais déjà Marc Villard pour ses nouvelles, aussi noires qu’efficaces écrites à destination d’un public adulte ; je le découvre avec Les doigts rouges écrivant pour les enfants.

Les doigts rouges publié pour la première fois en 1987 chez Syros Jeunesse, est un des premiers romans de la fameuse collection « Souris noire », créée par Louis Périgot l’année précédente.
L’objectif de cette collection est de proposer aux enfants de 7 à 10 ans des romans policiers pas trop « bébé » ou moralistes, bien écrits, et portant bien souvent sur des sujets graves, voire dérangeants.

Les doigts rouges correspond parfaitement au cahier des charges de la collection.
Il s’agit d’un bon roman construit autour de la culpabilité et du doute dans la sphère familiale.
Ricky suppose que son grand frère a commis un acte terrible. Plus il se pose de questions à son sujet et plus il est certain d’avoir raison : il se trame quelque chose de pas net dans la remise. Pourquoi son frère s’y aventure-t-il la nuit en cachette ? Et pourquoi en ressort-il avec les doigts rouges ?

 Avec Les doigts rouges, Marc Villard signe un très bon polar jeunesse, devenu depuis un véritable classique du genre, plusieurs fois réédité et étudié en classe par de nombreux écoliers.


Les doigts rouges, MarcVillard, Syros jeunesse (1987), 27 pages.

Le chat de Tigali / Didier Daeninckx

Publié: 15 septembre 2008 dans Polar jeunesse

Le chat de Tigali est un roman policier pour la jeunesse de Didier Daeninckx. Il a été publié par Syros dans la collection Souris noire en 1988.

Résumé

Vanessa et ses parents, de retour d’Algérie, s’installent dans un petit village du Sud de la France. Un jour, ils reçoivent une lettre anonyme menaçant leur chat Amchiche, qu’ils ont ramené de Kabylie. Pourquoi lui en veut-on ?

Mon avis

Le chat de Tigali, paru il y a maintenant vingt ans est toujours bien vivant, et peut-être plus que jamais, car il est beaucoup étudié en milieu scolaire, ce qui a eu pour conséquence de nombreuses rééditions.
L’une des raisons poussant les enseignants à choisir ce livre, en plus de sa qualité littéraire est l’importance dans le récit d’un sujet important : le racisme, qui est ici intelligemment traité par Daeninckx.

Si cette lecture ravira sans doute les enfants et/ou les jeunes adolescents, les lecteur plus âgés, et a fortiori les lecteurs de polars, resteront peut-être sur leur faim.
Je pense qu’on peut qualifier l’intrigue de simplette sans faire injure à l’auteur. De plus la « longueur » du texte (quelques trente pages, illustrations comprises) ne permet pas de la développer au maximum.

Tirez pas sur le scarabée ! est un roman policier pour la jeunesse que l’écrivain britannique Paul Shipton a écrit en 1995. Il est le premier consacré à Bug Muldoon, un détective privé particulier puisqu’il s’agit d’un scarabée.

Résumé

Je m’appelle Bug Muldoon. Je suis détective privé. Actuellement, je suis sur une histoire de disparition d’insectes. Et ce n’est pas une mince affaire, croyez-moi ! Depuis que j’ai mis mon nez là-dedans, je les ai toutes sur le dos : les fourmis, les guêpes, les mouches, et bien sûr les araignées. Plus moyen d’être tranquille ! Je vous assure, ce n’est pas une vie pour un scarabée…

Mon avis

Je suis tombé par hasard sur ce roman en librairie. Il m’a bien plu et après l’avoir offert à mon petit frère, j’en ai profité pour le lire.

Une disparition, un détective, des « méchants », des « gentils », jusque là rien de nouveau.

La grande originalité de ce livre réside dans son cadre particulier. L’enquête se déroule chez les insectes : le disparu est un perce-oreille, le détective un scarabée et son indic une mouche accro à la poudre blanche (comprenez par là au sucre).

Ce roman pour la jeunesse a outre cet aspect original plusieurs autres qualités.
Tout d’abord, il n’est pas infantilisant pour un sou : pas de morale à deux balles à la fin pour faire obéir les enfants, où je ne sais quelle ineptie du même acabit. Le niveau de langue est à la hauteur d’un enfant forcément, mais c’est déjà plutôt bien écrit. L’auteur ose même sacrifier certains personnages, ce qui est rare en littérature de jeunesse, mais facilité, j’en conviens par le fait d’avoir choisi des insectes pour protagonistes (ce qui aurait été beaucoup plus osé avec des personnages d’humains.
Autre gros point fort selon moi : un humour excellent, avec de nombreux jeux sur la langue (expressions imagées remise au goût du jour pour les insectes, …) qui restent très drôle malgré la traduction. On ne peut donc que remercier le traducteur, Thomas Bauduret, (son nom mérite d’être cité) aussi bien que l’auteur.

Cette première enquête du détective privé/scarabée Bug Muldoon est une vraie réussite et est selon moi susceptible de plaire aussi bien aux jeunes qu’aux moins jeunes.