Archives de la catégorie ‘Témoignage’

Prof chez les taulards est comme son titre l’indique un livre de témoignage dans lequel Aude Siméon raconte son expérience de l’enseignement en milieu carcéral. Il a été publié en 2012 aux éditions Glyphe.

L’auteur, professeur agrégée de français, a enseigné en prison durant une dizaine d’années, aux détenus tout d’abord puis aux surveillants également par la suite.

Pas vraiment de continuité mais plutôt une multitude d’anecdotes, classées par rubriques : les détenus, les surveillants, Carlos (pas celui qui est tout nu et tout bronzé, l’autre, moins rigolo), les terroristes basques…

Il en ressort qu’Aude Siméon est entrée très naïvement dans ce milieu mais sans trop d’a priori négatifs, en faisant preuve d’ouverture d’esprit (je pense qu’on n’entre pas en prison pour aider par hasard). Elle semble en être ressortie grandie et son livre n’a de cesse de rappeler qu’un prisonnier, quoiqu’il ait pu commettre, n’en demeure pas moins un être humain avant d’être un numéro d’écrou.

La plupart des anecdotes sont intéressantes, même quand elle touchent intimement l’auteur (elle raconte par exemple comment elle s’est sentie mal quand un de ses élèves lui a annoncé qu’il attendait sa libération pour pouvoir faire sa vie avec elle). On se rend compte aussi que la population carcérale est très variée et qu’on peut se retrouver en prison sans pour autant être « bête ». D’autres, moins instruits développent entre les murs un goût pour l’apprentissage et la lecture.

Un ouvrage instructif pour qui s’intéresse aux questions de l’enseignement et/ou de la prison.

Pour terminer, je ne peux m’empêcher de vous livrer cette citation de Carlos qui n’a pas laissé indifférent le bretonnant que je suis (attention, je ne cautionne pas ce qu’il a fait mais il ressort du bouquin que le mec était pas con et même plutôt sympa).

« Vous savez, Madame, me dit Carlos, les Français adorent protéger les races en voie de disparition, et c’est à qui versera sa larme sur le malheureux ours blanc, celui que tout le monde a pu voir : il s’accroche misérablement à une épave d’iceberg. Mais les ethnies en voie de disparition, on s’en moque ! Que le Breton, le Corse, le Basque disparaissent, avec leur langue, leur génie propre, les gens s’en foutent. »

Prof chez les taulards, d’Aude Siméon, Glyphe (2012), 204 pages.

Publicités