Articles Tagués ‘Bodichiev’

Mémoires d’un détective à vapeur est un texte qui aurait été écrit par Viat & Oleg Koulikov et aurait été traduit de l’anglo-russe par André-François Ruaud. Il a été publié en 2018 aux éditions Les Moutons électriques et fait partie de la saison 1 des « Saisons de l’étrange ».

41y1xssgwolRésumé

Le récit s’ouvre à London tandis que se préparent les festivités impériales du troisième millénaire. La ville est désormais la plus grande métropole de l’empire anglo-russe. On s’y promène en taxicoptère en redoutant ce que trame la dictature solidariste française.
Un détective privé, Jan Marcus Bodichiev, y résout différentes énigmes grâce à ses petites cellules grises et à ses connaissances poussées en informatique.

Mon avis

Drôle de livre que ce Mémoires d’un détective à vapeur.
Il n’a vraisemblablement pas été traduit de l’anglo-russe. Ni par André-François Ruaud ni par personne. On peut aussi raisonnablement douter de l’identité des auteurs. L’éditeur, Les moutons électriques, nous précise avec facétie que ces fragments écrits par Viatcheslav Pavlovitch Koulikov ont été réunis après sa mort par son fils Olav. Ce même Viat Koulikov qui a assisté Bodichiev dans certaines des ses enquêtes – son Watson en somme.

À mi-chemin entre le recueil de nouvelles et le roman – chaque chapitre correspond peu ou prou à une enquête menée par Bodichiev -, Mémoires d’un détective à vapeur emprunte les codes des classiques du roman à énigme. S’il ne travaille pas directement pour le Nouveau Scotland Yard, il est amené à les aider. Il n’est pas rare de croiser des clins d’œil à Sherlock Holmes, auquel Bodichiev fait inévitablement penser, physique mis à part – il a un certain embonpoint, qui ne l’empêche pas, fort heureusement, de rester alerte.

L’univers dans lequel évoluent les personnages est assez déstabilisant. Le système de datation n’étant plus le même, on ne sait plus trop si on se situe dans le présent, le futur ou une dimension parallèle. Peu importe. Les références sont en tout cas nombreuses et parfois assez cocasses – on apprend au détour d’une histoire que Valéry Giscard d’Estaing est le président du « gouvernement français en exil ».
Il est amusant de voir que des éléments d’anticipation servent de point de départ à certaines intrigues, comme ces meurtres d’hommes d’affaires à l’aide de la régulation climatique, invention permettant aux nantis d’avoir en permanence le temps qu’ils souhaitent au-dessus de leur maison. C’est parfois moins plaisant lorsqu’une invention tombe à point nommé pour résoudre une énigme bien intrigante par ailleurs.

Parue dans le cadre de la première salve de « Saisons de l’étrange », série de romans courts d’aventures policières et fantastiques dirigée par Melchior Ascaride, Vivian Amalric et Arthur Plissecamps, cette uchronie originale est assez savoureuse dans l’ensemble. On y croise des énigmes de chambre close, un antiquaire mystérieux ou encore des domestiques connectés. Si la résolution de certaines énigmes, un peu facile, peut décevoir, l’originalité de l’ensemble et l’écriture, délicieusement surannée, donnent envie de poursuivre l’aventure. Ça tombe bien, un second opus des enquêtes de Bodichiev est prévu prochainement.

Mémoires d’un détective à vapeur, de Viat & Oleg Koulikov, Les Moutons électriques/Les Saisons de l’étrange (2018). Traduit de l’anglo-russe par André-François Ruaud, 270 pages.