Articles Tagués ‘Dominique Manotti’

Racket, le nouveau roman de Dominique Manotti vient de paraître aux Arènes, dans la jeune collection Equinox.

pol_cover_30046Résumé

Avril 2013, New York.
François Lamblin atterrit à l’aéroport JFK. Le cadre d’Orstam est immédiatement contrôlé. La police américaine a un dossier contre lui, mais l’arrestation semble plutôt porter sur de supposées activités de corruption de l’entreprise, en Indonésie notamment.
Au même moment à Montréal.
Ludovic Castelvieux, ex-dealer reconverti dans le blanchiment d’argent, apprend « l’accident » d’un complice, puis le « suicide » d’un second. Avant d’être le troisième sur cette liste macabre, il prend la poudre d’escampette.
Au même moment à Paris.
La commandante Noria Ghozali, injustement débarquée de la DCRI malgré des états de service exemplaires découvre sa nouvelle affectation. La voici désormais à la DRPP, à la tête de deux hommes, dans un secteur auquel elle ne connaît rien : la sécurité des entreprises.
Nicolas Barrot, quant à lui, jeune dirigeant d’Orstam aux dents longues et déjà conseiller personnel du président malgré une école de commerce quelconque, souhaite comprendre ce que trament les Américains avec cette arrestation suspecte, quitte à enfreindre un peu les règles en usage.

Mon avis

Après Rivages et la Série Noire, voici l’entrée fracassante d’une Dominique Manotti, remontée comme jamais, aux Arènes. Au fil des ses romans, l’historienne de formation a abordé de nombreux thèmes comme l’Occupation, le football, le hippisme, etc. Malgré cette diversité de sujets de fond, la politique (au sens étymologique surtout), n’est jamais bien loin et les dirigeants de ce monde en prennent souvent pour leur grade. À l’instar de Thomas Bronnec dans Les Initiés, elle s’intéresse ici au monde de la finance internationale et à ce qu’il a, sinon d’immoral, au moins d’amoral. Optimisation fiscale plus ou moins légale, espionnage, corruption, boursicotages tendancieux et autres barbouzeries… Tout y passe, ce qui pourra, soyons honnêtes, décourager plus d’une personne peu intéressée par ces thématiques.

La majorité des hauts fonctionnaires a bien compris son impuissance et en prend son parti. Elle conçoit son passage par la haute fonction publique comme un moyen de se créer des relations utiles pour la suite. Elle sauve les apparences en pratiquant la servitude volontaire face aux vrais puissants du moment, les multinationales et les Américains, dans peu de temps ce sera peut-être la Chine, et elle enveloppe la chose dans des bribes de discours plus ou moins théorique. Tout en gardant un œil attentif sur la gestion des carrières, les possibilités de reconversion dans les multinationales et les profits personnels qu’on peut en retirer. Dans leur jeu, vous comme moi n’avons pas d’existence, pas de place.

Pour les autres, la curiosité alliée au talent de Dominique Manotti font de ce roman au sujet a priori abscons, un page-turner redoutable. Le style reconnaissable de l’auteur – phrases courtes au présent de l’indicatif, sans fioritures même dans les descriptions – n’y est pas étranger.
Les personnages sont peu caractérisés, à l’exception de Noria Ghozali, déjà croisée dans précédents ouvrages (de même que Daquin, qui de sa retraite, joue ici un simple rôle de conseil). On en apprend davantage sur les tourments intimes de cette inspectrice opiniâtre, grosse travailleuse, qui ne lâche un dossier en cours que le temps d’une pause-cinéma (avec, comme sa créatrice on l’imagine, une préférence pour les vieux films noirs américains).
On regrettera seulement des « coïncidences » parfois un peu grosses dans la résolution de l’intrigue.

Redoutable d’efficacité, Racket est un roman noir lucide et cynique s’intéressant aux arcanes de la finance internationale et des multinationales avec un brio certain. Tant que Dominique Manotti aura des choses à dire, gageons que nous aurons de belles heures de lecture intelligente devant nous.

Racket, de Dominique Manotti, Les Arènes/Equinox (2018), 520 pages.

Publicités

L’évasion, publié le mois dernier à la Série Noire (Gallimard) est le neuvième roman de Dominique Manotti.

Résumé

Rome, 1987.
Filippo Zuliani, derrière les barreaux, fait la connaissance de Carlo Fedeli, un célèbre prisonnier politique italien membre des Brigades Rouges, qu’il admire assez vite. Lorsque l’occasion se présente pour le jeune délinquant de s’évader avec cette pointure, il ne la laisse pas passer. Seulement, les choses ne se passent pas vraiment comme prévu et Filippo est obligé de s’exiler en France pour avoir une chance de rester en vie. Devant mener une vie discrète à Paris, il trouve son temps long et la solitude lui pèse. Il se met à écrire.

Mon avis

On ne présente plus Dominique Manotti auteur de nombreux romans noirs à succès comme Nos fantastiques années fric, adapté sur grand écran sous le titre Une affaire d’État, ou L’honorable société, écrit à quatre mains avec DOA et lauréat du Grand Prix de littérature policière en 2011. L’historienne de formation s’était jusqu’à présent contentée du présent et du passé de la France comme cadre de ses romans. Cette fois-ci, nouveau décor : elle franchit les Alpes pour nous raconter les « années de plomb », ce temps où la police italienne menait la vie dure aux groupuscules d’extrême gauche (et inversement) et où les attentats étaient monnaie courante.

A travers les personnages de Filippo, de Carlo et de sa compagne Lisa, on en apprend beaucoup sur cette période violente de l’histoire récente de l’Italie ainsi que sur le quotidien des réfugiés politiques. Filippo a beau être un protagoniste intéressant, on peine à s’y attacher, mais peut-être est-ce fait exprès ? Finalement, c’est peut-être Lisa qui émouvra le plus le lecteur, elle qui n’aura de cesse de chercher à découvrir la vérité quant à la mort de l’homme de sa vie. Connaissant Carlo comme personne, elle n’est guère convaincue par la thèse officielle, celle du braquage raté. Mais faut-il pour autant voir la main des services secrets italiens derrière ce bain de sang ?

Pas vraiment d’intrigue policière dans ce court roman – deux cents pages – qui se lit néanmoins très bien tant l’écriture de Dominique Manotti sert efficacement le récit. Comme d’habitude, l’auteur utilise le présent, privilégie les phrases courtes et ne s’embarrasse pas de superflu. Sans surprise, il s’agit de l’histoire d’une évasion et de ses conséquences, « L’évasion » étant aussi le titre du roman qu’écrit Filippo pour tenter d’aller de l’avant.

Ce dernier opus de Dominique Manotti n’est sans doute pas le plus réussi, ou tout au moins pas le plus à même de plaire à un large public. Dans la veine historique, on préférera Le corps noir, et côté politique, Nos fantastiques années fric ou Lorraine Connection. À défaut d’être véritablement passionnant, L’évasion n’en demeure pas moins un roman noir efficace, intéressant et sans concession, comme peu d’auteurs savent en écrire.

L’évasion, de Dominique Manotti, Gallimard/Série Noire (2013), 224 pages.

Le Corps noir est le cinquième roman de Dominique Manotti.
L’auteur, historienne de formation aime à écrire des romans dont l’action se déroule dans un monde particulier, sur lequel elle fait auparavant un très grand travail de recherches. Celui-ci se déroule dans le Paris de 1944, entre résistants, collabos, gestapistes, tous essayant de trouver la meilleure solution pour leur avenir sentant que le vent tourne, ce qui donne des situations intéressantes pour écrire un roman noir.

2020638789-01-_sclzzzzzzz_Résumé

1944, dans Paris occupé par les troupes allemandes, entre le débarquement des Alliés en Normandie et la libération de la ville deux mois et demi plus tard.
L’ordre nazi imposé par l’occupant est le désordre absolu. La SS allemande, qu’on appelle le corps noir, et son auxiliaire, la Gestapo française, règnent encore, à coups de meurtres, de rapines, de corruption. Tout leur est dû, et elles prennent tout.

Mon avis

J’ai eu la chance de rencontrer Dominique Manotti et de discuter un peu avec elle récemment. Elle m’a dit qu’elle mettait deux ans pour un livre, fractionné de la sorte : un an et demi de recherches (lectures, visionnages de films,…), six mois d’écriture.

On sent à chacune des pages de ces livres qu’elle maîtrise son sujet sur le bout des doigts. Je connais peu de romans où tout sonne si vrai. Le Corps noir est bien une fiction; mais une fiction qui aurait pû se passer, et qui s’est sûrement passé au moins pour une bonne partie des éléments de l’histoire. Là où Manotti invente, c’est de juxtaposer pleins d’événements pour en faire une intrigue cohérente. Son style est particulier, percutant efficace. Pas de mots inutiles, tout est étudié et produit l’effet escompté. Les personnages sont extrêmement bien rendus, leurs pensées, leurs émotions, tout est donné au lecteur pour essayer de comprendre leurs motivations, les poussant aux actes les plus abjects.

On est en temps de guerre, et c’est donc presque normal que les personnages qu’elle nous décrit paie de leur vie leurs errances à un moment ou un autre.
Pour un passionné de roman policier et d’Histoire, ce genre de livre est vraiment l’alliance des deux, presque parfaite.

Le Corps noir, de Dominique Manotti, Le Seuil (2004), 304 pages.