Articles Tagués ‘Gallmeister / Noire’

Une Affaire d’hommes (Rough Trade) est un roman de Todd Robinson paru chez Gallmeister en mars 2017 dans une traduction de Laurent Bury.

41krnhrntglRésumé

Boo et Junior se connaissent depuis l’orphelinat où ils ont fait les quatre cents coups et où ils se sont aussi parfois serrés les coudes dans l’adversité. Aujourd’hui, ils travaillent ensemble comme videurs d’un club bostonien assez rock & roll, et pas uniquement du point de vue musical. Lorsqu’une de leurs collègues leur demande de faire comprendre à un petit ami violent qu’il serait bien inspiré de prendre ses distances avec elle, ils le font sans se faire prier.
Le hic, c’est que ledit petit ami est retrouvé mort le lendemain de sa petite virée dans le coffre de leur voiture et que Boo et Junior sont par conséquent les coupables tout trouvés.

Mon avis

 » Il y a plein de trucs nuls dans mon univers. Pendant les trois quarts de ma vie, les trois pires avaient été les New York Yankees, la sauce tartare et les fermetures Éclair où je me coinçais la bite.  »

On avait déjà pu faire la connaissance des deux larrons dans le premier roman de Todd Robinson également paru chez Gallmeister : Cassandra. Les voilà de retour pour le plus grand bonheur du lecteur. C’est sûr, ce genre de romans n’est pas là pour prétendre au Pulitzer, mais on rigole bien à suivre les aventures rocambolesques de ces deux énergumènes que la vie n’a pas gâtés, et ce depuis leur enfance, pas tendre du tout. Les méchants sont très méchants, les gentils ne sont pas si gentils que ça, et le côté série B de l’ensemble est parfaitement assumé par l’auteur.

« – Alors, j’en ai ma claque. Pourquoi ne pas utiliser dans cette histoire le rasoir d’Ockham ?
Junior se leva :
– Tu veux régler ça par un combat au couteau ? On y va, l’enfoiré !
Summerfield me regarda :
– Qu’est-ce qu’il… Pardon ?
Summerfield ouvrit grand les bras, dans l’espoir que quelqu’un aiderait Junior à comprendre.
– On parle pas d’un vrai rasoir, Junior.  »

Beaucoup d’action chez Todd Robinson. Ça dépote du début à la fin, y compris dans les flashbacks qui ramènent les acolytes à leur période boutonneuse à l’orphelinat. Les dialogues sont aux petits oignons et quelques réparties particulièrement savoureuses fusent à l’occasion. Pour autant, et sans que cela soit fait de manière lourde, l’auteur fait passer quelques messages quant à certaines valeurs peu partagées par la plupart des personnages bas du front et querelleurs qui peuplent cet opus.

 » C’était l’Ouroboros de la connerie, le serpent qui se mord la queue.  »

Une Affaire d’hommes est un très bon divertissement littéraire qui a oublié d’être bête et où l’on rit beaucoup aux dépens des personnages, souvent hauts en couleurs. Vivement le retour de ces bras cassés, dignes héritiers du Dortmunder de Donald Westlake.

Une Affaire d’hommes (Rough Trade, 2016), de Todd Robinson, Gallmeister/Noire (2017). Traduit de l’anglais (États-Unis) par Laurent Bury. 363 pages.

Publicités

Animaux solitaires (Lonesome Animals, 2012) est le premier roman de Bruce Holbert.
Il est paru en 2013 aux éditions Gallmeister et a été traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean-Paul Gratias.

41gmddaikglRésumé

Comté de l’Okanogan, État de Washington, 1932.
Russell Strawl a beau être un ancien shérif respecté, il est la violence incarnée. Ou peut-être est-ce précisément pour cela qu’il est respecté ? Toujours est-il qu’il a sa façon bien à lui d’interpréter la loi et de la faire régner.
Lorsque plusieurs Indiens sont retrouvés massacrés quasi « artistiquement », et sans qu’on trouve le moindre indice, c’est tout naturellement que la police locale demande à Strawl de remettre le pied à l’étrier. Et pour neutraliser le tueur, on lui laisse carte blanche.

Mon avis

Bien que quasi contemporain, Animaux solitaires peut aisément être qualifié de western. D’ailleurs, l’intrigue pourrait se dérouler en 1860 que ça ne changerait pas grand-chose au récit. On y retrouve les figures habituelles : Indiens, policiers blancs, saoulards et autres délinquants à la petite semaine… Surtout, il y a chez Bruce Holbert ce souffle épique propre au genre.

Pour autant, l’auteur peut aussi prendre, en passant, le temps de décrire un oiseau, la beauté d’une roche particulière ou la recette du plat d’un personnage sans que ça ne vire au manuel d’ornithologie, de géologie ou au livre de cuisine – et l’on est pas étonné alors que le texte ait été publié par Gallmeister, fervent passeur de nature writing.

 » Strawl jouissait d’une certaine notoriété en tant que cavalier – et comme représentant de l’ordre, d’un renom bien plus considérable même si celui-ci devait beaucoup à ses turpitudes. […] Il accepta d’honorer l’événement de sa présence à condition que celle-ci ne fût pas annoncée publiquement. La raison de cette exigence n’avait pas grand chose à voir avec la modestie. Sa réputation était telle qu’il serait remarqué par toute personne qui le croiserait, qu’il monte sur une estrade ou qu’il circule dans une automobile décapotable. Elle était telle, également, qu’un visiteur sur deux avait une raison de le tuer ou de le blesser. « 

Les personnages sont hauts en couleurs et globalement assez détestables. Strawl surtout, pour sa facilité à user de la force à la moindre contrariété. Quant à Elijah, fils adoptif de ce dernier – on apprend rapidement que le shérif l’a recueilli alors qu’il était un nourrisson abandonné – il ne parle quasiment qu’en citant la Bible et se prend pour un prédicateur.

« Il annonçait à sa mère la venue de chaque saison et en l’espace de quelques semaines le pays se couvrait des première gelées d’automne, puis deux mois plus tard de trois centimètres de neige et encore quatre mois après cela, des premiers boutons d’or. Il fut réprimandé par le curé qui lui dit que même un ignorant pouvait prévoir les saisons à trois semaines près. Cependant, Elijah savait même à ce moment-là que les vérités d’un présage se trouvent moins dans les détails que dans l’audace nécessaire pour les proclamer. Le principal, expliqua Elijah au curé, n’était pas que le messie arrive un mercredi ou un jeudi, mais qu’il arrive, et ceux qui avaient annoncé sa venue recevaient alors la confirmation de leur sagesse et ceux qui en avait douté, celle de leur ignorance et de leur manque de foi. Le curé le gifla pour son insolence et les garçons placés derrière lui ricanèrent, car à peine dix minutes plus tôt Elijah leur avait prédit la réaction du prêtre. »

Animaux solitaires, s’il est un roman fort réussi, vaut davantage pour cette fougue dans la narration et ses belles descriptions que pour l’intrigue à proprement parler, succession de meurtres et de courses-poursuites dans les grands espaces.
Signalons par ailleurs que Bruce Holbert n’épargne pas au lecteur la vue des sévices, particulièrement abjects, infligés par le tueur à ses victimes. Certains passages sont donc à déconseiller aux âmes les plus sensibles.

Animaux solitaires (Lonesome Animals, 2012), de Bruce Holbert, Gallmeister / Noire (2013). Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean-Paul Gratias, 360 pages.
Disponible depuis en poche : Gallmeister / Totem (2017), 320 pages.