Articles Tagués ‘L’Archipel’

Le Somnambule (Der Nachtwandler) est un thriller de Sebastian Fitzek paru l’an dernier aux éditions de l’Archipel. Il est traduit de l’allemand par Céline Maurice.
C’est une coïncidence, mais signalons qu’il vient de paraître en Livre de poche.

81yje2jisvlRésumé

Leo Nader et son épouse Natalie viennent d’emménager dans un bel appartement. Tout semble aller pour le mieux pour le jeune couple. Victime de somnambulisme aigu lorsqu’il était adolescent, Leo avait été traité et pensait sa maladie définitivement derrière lui. Aussi, lorsqu’il découvre un matin sa femme horrifiée, le visage tuméfié, hurlant qu’elle n’a d’autre choix que de le quitter à cause de sa violence nocturne, c’est la douche froide. Choqué, il décide de recontacter le Dr Volwarth, le spécialiste qui l’avait suivi alors.

Mon avis

Pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore, Sebastian Fitzek est une star du thriller en Allemagne comme peuvent l’être Thilliez, Grangé & co dans l’Hexagone. Il a connu le succès dès son premier roman, Thérapie, au suspense redoutable de bout en bout, qui s’est vendu par millions.
Je l’avais beaucoup apprécié à l’époque, et bien que je lise de moins en moins de thrillers à proprement parler, le résumé de celui-ci m’a convaincu de retenter ma chance avec cet auteur dont j’avais globalement de bons souvenirs et que j’avais eu la chance d’interviewer en 2012 (voir ici).

Autant le dire tout de suite. J’ai été vraiment déçu.
Après avoir écrit près de dix thrillers, Sebastian Fitzek a maintenant du recul sur sa pratique. Il sait ce qui est efficace, ce qui marche et plaît à ses lecteurs. Alors oui, c’est on ne peut plus efficace, on est accroché très vite et on tourne les pages rapidement et jusqu’à la fin. Mais une recette très caractéristique, c’est à double-tranchant. On sait ce qu’on va avoir dans son assiette, mais à force on peut en être écœuré et moins apprécier. Comme Harlan Coben à une époque (ou toujours, ça fait longtemps que je ne l’ai pas lu), avec ses histoires de drames passés qu’un élément inattendu fait resurgir brutalement dans le présent, je trouve que Fitzek s’est enfermé lui-même dans des trames et des thématiques sinon similaires pour le moins très semblables (le psy, le couple, le passé trouble, la folie…).

De plus – ça ne m’avait pas marqué pour ses premiers romans – j’ai trouvé que l’écriture (la traduction ?) était vraiment quelconque et parfois caricaturale. Certains passages enfilent les poncifs du thriller et flirtent avec le ridicule.
Mais peut-être est-ce moi qui suis aussi plus attentif à ça qu’il y a une dizaine d’années (le temps passe et les goûts évoluent).

 » Sa nervosité grandissait à chaque pas ; il était si tendu qu’il lui sembla percevoir une légère vibration s’étendre à tout son corps. Sans être claustrophobe, il n’eut en cet instant aucune peine à s’imaginer pourquoi certaines personnes évitaient les espaces confinés. à chaque fois que l’écran du téléphone s’éteignait et qu’il se retrouvait dans l’obscurité complète une fraction de seconde, Leo avait l’impression que les ténèbres le frappaient au visage. Alors, sa bouche s’asséchait, il sentait son cœur palpiter dans sa poitrine et entendait le sang rugir dans ses veines.  »

Si vous cherchez un « thriller haletant », Le Somnambule pourra sans doute faire l’affaire. Pour autant, si vous ne connaissez pas encore Sebastian Fitzek, je vous conseillerais plutôt Thérapie ou Le Briseur d’âmes. Et si comme moi, ce type de « pageturner industriel » n’est plus votre tasse de thé (ou ne l’a jamais été), vous pouvez passer votre chemin sans regret.

Le Somnambule (Der Nachtwandler, 2013), de Sebastian Fitzek, L’Archipel (2017). Traduit de l’allemand par Céline Maurice, 330 pages.

Publicités

Le Briseur d’âmes (Der Seelenbrecher, pour la VO allemande) est le quatrième roman du jeune auteur allemand Sebastian Fitzek, publié en France chez l’Archipel, comme les précédents.

https://i0.wp.com/polars.pourpres.net/img/uploads/le_briseur_d_ames.jpgRésumé

Un criminel d’un genre nouveau terrorise Berlin et sa région, et le comble, c’est qu’il ne tue même pas. Les jeunes femmes ayant eu le malheur de croiser son chemin sont retrouvées en vie. Vivantes certes, mais totalement apathiques, désormais incapables de la moindre interaction avec les autres. Les journalistes ont tôt fait de trouver un surnom évocateur à ce psychopathe : le Briseur d’âmes.
Dans le même temps, un patient d’une clinique berlinoise victime d’une amnésie totale après un accident de voiture a une seule idée en tête. Celui que les soignants ont rebaptisé Caspar ne souhaite rien de plus que retrouver son identité.

Mon avis

Après Thérapie, Ne les crois pas et Tu ne te souviendras pas, Sebastian Fitzek nous prouve une fois de plus qu’il est loin d’avoir épuisé le stock d’idées originales qui semblent sortir sans effort de son cerveau fécond. Comme il nous l’a récemment expliqué en interview (voir par ici), l’auteur part d’une question de départ atypique, essaie de trouver une fin surprenante, puis laisse les personnages le guider pour relier les deux bouts.

Ici, tout part de ce « tueur » qui n’en est pas un, puisqu’il préfère anéantir l’âme de ses proies plutôt que de détruire leur corps. Il faut ajouter à ce modus operandi original ces énigmes que le Briseur d’âmes laisse sur ses victimes, et qui permettent au lecteur de faire travailler ses cellules grises en même temps que les protagonistes du roman, ce qui est plutôt agréable.

Une fois le décor planté, le suspense peut aller crescendo et les pages se tournent de plus en plus vite – le fait que le narrateur, Caspar, ne sache pas lui-même qui il était avant son accident ajoute encore de l’intérêt à l’intrigue. A partir du moment où les personnages se retrouvent coincés par une terrible tempête de neige au sein de la clinique, la tension devient permanente et les rebondissements fusent, nombreux et bien sentis. L’élève Fitzek se sort très bien de cet exercice délicat qu’est le huis clos, nous laissant deviner au passage ses influences (bien difficile par moment de ne pas penser à Shining ou à Dix petits nègres).

Avec ce quatrième opus, maîtrisé et emballant, Sebastian Fitzek confirme une fois de plus que le succès soudain de  Thérapie, son excellent premier roman, était loin d’être le fruit du hasard. Dans la veine du thriller psychologique, on ne fait pas beaucoup mieux actuellement et les amateurs du genre ne seront sans doute pas déçus du voyage.


Le briseur d’âmes (Der Seelenbrecher, 2008), de Sebastian Fitzek, l’Archipel (2012). Traduit de l’allemand par Penny Lewis, 266 pages.