Articles Tagués ‘Laurent Guillaume’

Là où vivent les loups est un roman de Laurent Guillaume paru dans la collection Sueurs Froides de chez Denoël le mois dernier.

51hu86sk6ilRésumé

Priam Monet est inspecteur à l’IGPN, la police des polices. On l’envoie à Thyanne dans les Alpes pour un simple contrôle de routine. Tout se passe d’abord à peu près comme prévu, avant que le corps d’un migrant soit retrouvé mort au pied d’une falaise. Pour beaucoup, l’enquête aurait été close avant de commencer. Oui, mais voilà, Monet est de la trempe des bons flics, et son petit doigt lui dit de creuser. Et s’il ne s’agissait pas d’un accident ? Et si la victime n’était finalement pas un migrant ?

Mon avis

Obèse, antipathique au possible et même content de ne pas plaire à tout le monde, ou plutôt à personne, Priam Monet ressemble en certains points à l’excellent Vertigo Kulbertus récemment mis en scène par Franz Bartelt dans Hôtel du Grand Cerf – la truculence des réparties et les curieuses habitudes alimentaires en moins. Il s’avère que Monet, flic coriace comme on n’en fait plus beaucoup, en plus d’être efficace, est un peu moins invivable qu’il n’y paraît, pour peu qu’on parvienne à faire craqueler cette carapace tannée par les ans et les déconvenues en tous genres.

Avec ce huitième opus, Laurent Guillaume, auteur du remarqué Doux comme la mort entre autres, ne révolutionne assurément pas le genre. Cependant, l’intrigue passionne dès le départ et connaît de nombreux développements, parfois assez inattendus pour prendre le lecteur de court. La thématique des migrations vers l’Europe – transalpines ici – est rarement mise à l’honneur. Surtout, l’auteur, ancien policier de son état, montre ses « collègues » à l’œuvre de manière on ne peut plus réaliste, bien loin des Experts, qu’ils soient de Manhattan, de Miami ou d’ailleurs. Monet aura fort à faire pour faire parler les habitants de cette petite ville où des secrets anciens semblent bien gardés et où personne n’a intérêt à froisser les potentats locaux. Pour progresser, l’inspecteur devra se faire épauler, et le personnage de la journaliste Marie Cadoux est à ce titre intéressant. Monet fuit les gratte-papiers. Mais s’ils peuvent être utiles et que l’enquête stagne, le pragmatisme peut parfois avoir le dessus sur les habitudes, non ? Surtout si ça permet de quitter ce bled pourri plus vite !

Si elles ne resteront vraisemblablement pas dans les annales, les quelque trois cents pages de Là où vivent les loups font déjà passer un agréable moment de lecture de littérature policière. Les lecteurs n’en demandaient pas forcément plus, et Laurent Guillaume non plus peut-être ?

Là où vivent les loups, de Laurent Guillaume, Denoël / Sueurs Froides (2018), 303 pages.

Publicités