Articles Tagués ‘luttes sociales’

Jusqu’à la bête, second roman de Timothée Demeillers, est paru chez Asphalte en août dernier.

51i4spo9zxlRésumé

Erwan est ouvrier dans un grand abattoir de la banlieue d’Angers.
Depuis sa cellule, il nous raconte son frigo, où arrive chaque minute une nouvelle carcasse d’animal fraîchement abattu, le travail à la chaîne, celui qui use le corps et tue à petit feu, son amour pour Laëtitia, le cynisme de ses employeurs, les sorties avec les collègues pour oublier un peu l’usine le temps d’une soirée alcoolisée, son frère et les proches de ce dernier, qui comptent beaucoup pour lui, la vacuité de la vie en détention…
Oui, car si Erwan nous raconte tout ça depuis la prison, c’est parce qu’un jour, il a craqué…

Mon avis

Jusqu’à la bête, court roman de cent-soixante pages écrit à l’os, est l’histoire d’une vie qui bascule. Une vie normale. Une vie que rien ne préparait à ça. Ou peut-être tout si l’on y repense.
Sans verser un seul instant dans le pathos, Timothée Demeillers parvient à nous faire ressentir peu à peu l’oppression qui habite Erwan, son décalage par rapport à cette société rouleau-compresseur, qui fait courir toujours plus vite celui qui ne veut pas finir écrasé. L’usine occupe une grande place dans le récit. Les journées interminables passées à accomplir les mêmes gestes répétés à l’infini jusqu’à la retraite. Ou jusqu’à ce qu’on n’en puisse plus. Le mépris de la direction pour ces ouvriers interchangeables et corvéables à merci. Cette satanée usine qui reste en vous, même après le boulot. Des odeurs indélébiles qui résistent à tout lavage à ce rythme infernal sur lequel le cerveau se règle et que même les émissions télé ineptes, qu’on regarde quand même faute de pouvoir faire autre chose, trop las, ne parviennent pas à faire passer. Mais il faut bien gagner sa vie, remplir son caddie… Alors même épuisé, on met son réveil, et on retourne au turbin, coûte que coûte.

D’une puissance rarement égalée, Jusqu’à la bête est un cri désespéré contre cette société où la vie humaine passe après la course au profit. Un roman qui ne laisse pas indifférent et dont on ressort, sinon abattu, bien groggy.

Jusqu’à la bête, de Timothée Demeillers, Asphalte (2018), 160 pages.

Publicités

pol_cover_30083Un feu dans la plaine est le premier roman de Thomas Sands, dont on ne sait pas grand chose.

Résumé

On ne connaît pas son nom. On sait juste qu’il a vingt-trois ans. Et déjà une chienne de vie derrière lui. Son père parti. Sa mère licenciée, puis le chômage. Pas de goût pour l’école, pas de goût pour grand-chose, les premières conneries, la bécane volée, le contrôle de police qui dérape, la prison.
Maintenant, il est sorti, et bien décidé à faire péter le système, d’une façon ou d’une autre.

Mon avis

Ce n’est sans doute pas un hasard si ce court premier roman – 139 pages – a été choisi, avec Racket de Dominique Manotti, pour inaugurer la collection Equinox. Dans son manifeste, Aurélien Masson, transfuge de la Série Noire, explique que le roman noir a toujours été une littérature critique et qu’Equinox entend gratter là où ça fait mal, tel un chien fou qui viendrait mordre les mollets des doux rêveurs pour les ramener à la réalité.
Le protagoniste imaginé par Thomas Sands est plus qu’un chien fou, c’est un loup enragé, qui sort les crocs non pour blesser mais pour tuer, non parce qu’il le souhaite, mais parce qu’il ne peut plus faire autrement.

Le sang, la vitesse, la tristesse, la violence d’être. Sa guerre, sa jeunesse.

Le style, tout en longues phrases énumératives, sans trop de respirations, pourra peut-être dérouter un instant. Mais il fait partie intégrante du récit, comme si la fuite en avant du personnage était aussi comprise dans l’écriture, oppressante, qui n’offre aucun retour en arrière possible.

Au fil des pages, l’auteur évoque, sans entrer dans les détails, la violence du monde actuel. Le chômage, la solitude, l’échec scolaire, les usines qui ferment, délocalisation oblige, l’asservissement des ouvriers, celle des femmes… Pendant que d’autres, dans leurs belles maisons, font tout pour maintenir le statu quo, pour leur plus grand avantage.

L’homme est un loup pour l’homme, ce n’est pas une nouveauté, et au fil des siècles, le constat n’a guère changé. Pour reprendre le questionnement d’un célèbre rappeur, Comment ne pas être un pitbull quand la vie est une chienne ? En loup solitaire, le jeune homme se prépare à secouer sévèrement la meute, à sa façon, définitive.
Se lisant d’une traite, presque en apnée, Un feu dans la plaine est un roman qui sent l’urgence, la nécessité. Il y a des romans pour vivre, et d’autres pour survivre.
Merci qui ? Merci Thomas Sands.

Un feu dans la plaine, de Thomas Sands, Les Arènes/Equinox (2018), 139 pages.

Ma ZAD est le nouveau roman de Jean-Bernard Pouy, paru en janvier à la Série Noire.

51husgmgdllRésumé

Camille, la quarantaine fatiguée, est responsable du rayon frais de l’Écobioplus de Cassel. Il soutient à sa manière les Zadistes de Zavenghem en leur distribuant des palettes ou des produits destinés à la benne. Interpellé lors de l’évacuation du site de la future plate-forme multimodale, il est placé en garde à vue. À sa sortie, aucune charge n’est retenue contre lui mais son hangar a brûlé. Dans la foulée, il se fait licencier et sa copine le largue. Dur d’être plus au fond du trou. À moins que…

Mon avis

Quand la sortie d’un roman ayant pour contexte une ZAD coïncide à ce point (à quelques jours près) avec l’annonce gouvernementale de l’arrêt du projet d’aéroport du Grand Ouest, c’est l’auteur qui est visionnaire, l’éditeur qui a le nez creux ou une simple coïncidence ?
Chacun se fera son avis, toujours est-il que le sujet est on ne peut plus d’actualité. N’allez pas chercher sur Internet, la ZAD de Zavenghem n’existe pas. C’est un peu celle de Notre-Dame-des-Landes, un peu celle du Testet (à Sivens), comme ça pourrait être n’importe quelle autre.

La ZAD a son importance dans le récit, mais le cœur de l’histoire, c’est Camille (prénom des zadistes anonymes dans la presse). Perdu dans l’inanité de son quotidien, il incarne beaucoup de personnes ne se sentant pas/plus à leur place dans la société actuelle, un peu, beaucoup ou complètement. Et comme le roman noir n’est jamais loin de la tragédie grecque, comme le père du Poulpe l’explique lui-même dans son excellent essai Une brève histoire du roman noir, on ne s’étonnera pas que Camille ne soit déjà plus tout à fait maître de son destin…

Ceux qui ne connaissent pas encore la plume de Jean-Bernard Pouy seront peut-être décontenancés par sa verve inimitable mêlant poésie, argot, néologismes et autres calembours « capilotractés ».

Pour ceux qui le suivent depuis longtemps, à la Série Noire (La Belle de Fontenay, Les Roubignoles du destin…) ou ailleurs (Train perdu wagon mort, La petite écuyère a cafté…), il reste toujours égal à lui-même, ce qui n’est pas rien sachant que celui qui peut le plus peut le moins.

Ma ZAD, c’est un petit plaisir de lecture de quelques deux cents pages.Une tragédie noire truculente mêlant poésie et actualité, drame et humour, humanité et cynisme, dans un dosage que Jean-Bernard Pouy maîtrise à la perfection.

Ma ZAD, de Jean-Bernard Pouy, Gallimard / Série Noire (2017), 193 pages.