Articles Tagués ‘polar & sport’

Le Mercato d’hiver (January Window) est un roman de l’Écossais Philip Kerr paru au Masque en 2016 (traduction de Katalin Balogh et Philippe Bonnet).

51i8dyazgclRésumé

Scott Manson est entraîneur de London City, célèbre club de Premier League. Les pressions et intimidations en tous genres sont monnaie courante dans le foot de haut niveau. Aussi, lorsqu’une mise en scène sordide – un grand rectangle de terre creusé dans la pelouse du stade, évoquant une tombe – est découverte par les jardiniers, personne ne s’en émeut particulièrement. Il y a un match important à préparer, et pas de temps à perdre avec ça, il faut vite reboucher, que le terrain soit praticable. Seulement, quand João Gonzales Zarco, le charismatique manager du club, est retrouvé mort, on ne peut qu’y voir un avertissement. Et la direction du club demande à Scott Manson d’enquêter parallèlement à la police. L’entraîneur, dont le Portugais était un ami en plus d’être un brillant collaborateur, est bien décidé à découvrir le fin mot de l’histoire.

Mon avis

Bien connu des amateurs de polars pour sa série historique consacrée à Bernie Gunther, dont on suit avec plaisir les aventures épiques avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale, voilà que Philip Kerr se frotte à un tout autre sujet : le football.
Amateur de ballon rond, l’Écossais l’est assurément, lui qui ne manquerait pour rien au monde un match d’Arsenal… Arsenal auquel le club fictif de London City ressemble curieusement et dont Scott Manson est – tiens, tiens ! – un ancien joueur. Ce qui permet à l’auteur, sous couvert de décrire les arcanes de la gestion d’un club de Premier League, de glisser des anecdotes qu’on sent plus vraies que nature. De même, certains protagonistes ressemblent curieusement à de vraies personnalités du foot, comme ce Zarco, portugais, grande gueule, impitoyable avec ses joueurs ; ou encore ce milliardaire ukrainien, président de club et dont les affaires ne semblent pas toujours des plus nettes.
Assurément, l’auteur maîtrise son sujet et nous plonge avec passion dans le quotidien d’un grand club européen. De la gestion des hommes (et parfois de leurs caprices) à la préparation des matches en passant par le travail inhérent à l’achat et à la vente des joueurs durant ce fameux mercato d’hiver, l’auteur nous montre tout, sans que cela ne soit ni rébarbatif ni difficile d’accès pour les béotiens du soccer – sur le même thème, rien à voir en terme d’exigence avec l’exceptionnel Rouge ou mort de David Peace, par exemple.
Si le contexte est on ne peut plus maîtrisé, l’intrigue, bien qu’intéressante, est un peu légère, et même un brin caricaturale par certains aspects. Le personnage de Scott Manson est quant à lui plutôt réussi, bien que moins fascinant qu’un Bernie Gunther.

Le Mercato d’hiver est un polar de bonne facture, qui vaut plus pour son contexte et ses personnages que son intrigue, un peu faible dans l’absolu. Un bon moment de lecture pour les amateurs de ballon rond… ou non. Premier roman d’une série, on peut déjà retrouver Scott Manson dans La Main de Dieu et La Feinte de l’attaquant.

Le Mercato d’hiver (January Window, 2014), de Philip Kerr, Le Masque (2016). Traduit de l’anglais (Ecosse) par Katalin Balogh et Philippe Bonnet, 448 pages.

Publicités

Quitte ou double, publié au Masque en avril dernier, est le premier roman du journaliste sportif Cyrille Legendre.

Il est lauréat du Prix du premier roman du Festival de Beaune.

Résumé

Après avoir été un journaliste de guerre reconnu, Matt Berger s’est assagi. Il effectue désormais de petites missions pour divers organes de presse. Ce coup-ci, il est chargé de prendre des photos de Jimmy Rowland, la nouvelle star du football français, en charmante compagnie. Il vole donc quelques clichés du jeune prodige et de l’escort-girl et les envoie au magazine people qui l’emploie.
Le lendemain, les images ont disparu et Matt reconnaît la jeune fille en photo dans un article traitant d’un corps retrouvé dans le bois de Meudon. Qui a bien pu tuer la prostituée ? Et surtout, qui a pu faire le rapprochement avec lui au point de faire disparaître les photos ? Il n’en fallait pas plus pour faire retrouver à Matt Berger ses réflexes de grand reporter.

Mon avis

Pour son premier roman, Cyrille Legendre s’est inspiré de ce qu’il connaît le mieux : le foot et les voyages. Journaliste sportif de métier, il est aussi un grand baroudeur. Pas étonnant qu’on retrouve donc ses deux passions dans Quitte ou double, où l’enquête que mène Matt Berger va l’amener à se rendre en Irlande et plus loin encore, au Turkménistan, pour retrouver la trace de Jimmy Rowland et tenter de saisir le fin mot de l’histoire.

On suit avec plaisir Matt, qui a bien de la peine à se remettre de la mort de Marie, la femme de sa vie, décédée dans un accident de la route. Après une longue période dépressive où il n’avait de goût pour rien, il tente de se reconstruire, aidé en cela par Jean-Eudes Duplessis (JED pour les intimes), son meilleur ami, qui le connaît mieux que personne depuis l’enfance. Cette histoire improbable qui lui tombe dessus est d’ailleurs peut-être l’occasion pour Matt de sortir définitivement du marasme.

Les rebondissements ne manquent pas au fil des quelque 350 pages, et si certaines surprises n’en seront peut-être pas vraiment pour les lecteurs les plus perspicaces, elles n’en restent pas moins bien trouvées. Action et suspense sont là aussi au rendez-vous, puisque Matt comprend assez rapidement qu’on veut sa peau, ce qui l’oblige à mener l’enquête tout en se faisant discret.

Parvenant à mêler football et géopolitique tout en maintenant un suspense certain, Quitte ou double est un polar documenté et efficace, qui devrait plaire à plus d’un lecteur. Et quand on sait qu’il s’agit là du premier opus de Cyrille Legendre, on comprend aisément pourquoi le festival de Beaune lui a remis son célèbre « Prix du premier roman ».

Pas obligé de « supporter »le foot pour lire ce bouquin hein ! Quand on aime le beau jeu par contre, c’est toujours plus sympa de passer sa soirée à lire un tel livre qu’à subir un Uruguay-France. Et hop, un tacle par derrière ! 😛

Quitte ou double, de Cyrille Legendre, éditions du Masque (2013), 354 pages.