Articles Tagués ‘séquestration’

Requiem pour Miranda, second roman de Sylvain Kermici, est paru en septembre dans la collection Equinox (Les Arènes).

51n2beoflnklRésumé

Une jeune mère de famille a été enlevée. Entravée, elle supplie ses ravisseurs et tente de comprendre le pourquoi du comment. Les deux hommes ne semblent avoir aucune autre motivation que celle de faire d’elle ce que bon leur semble. Bien que bon ne soit pas ici le mot le plus approprié.

Mon avis

Sylvain Kermici avait fait son entrée en littérature avec Hors la nuit, court roman paru à la Série Noire en 2014. Ayant suivi Aurélien Masson dans son nouveau projet Équinox, l’auteur est toujours aussi concis – 170 pages au format poche ici. Là où beaucoup font trop long ou peinent à stopper leur plume dans son élan, Sylvain Kermici sait faire ramassé et là, en l’occurrence, il n’y avait aucune nécessité à être plus disert.

Dans un première partie, on s’interroge et tremble d’effroi avec cette jeune femme qui se refuse encore à voir sa fin venir mais qui ne voit pas comment elle pourrait se sortir de cette situation désespérée. Dans un second temps, l’objectif se fixe sur les deux hommes, deux êtres dangereusement ternes qui se sont trouvés pour le pire. Ils essaient vainement d’assouvir leurs pulsion mais semblent inéluctablement enferrés dans une fuite en avant de l’horreur. C’est donc tous les protagonistes qui sont donc enfermés d’une manière ou d’une autre : la première littéralement, les seconds dans leurs comportements dépravés dont ils retirent finalement à peine le plaisir escompté.

C’est épuré, quasi clinique, surtout lorsque l’auteur s’intéresse aux deux « monstres » et il est bien difficile de recommander chaleureusement cette lecture, dérangeante s’il en est. Pourtant, Sylvain Kermici ne verse jamais dans la surenchère et les violences sont plus suggérées que gratuitement données à voir comme dans nombre de thrillers gores. Ici l’horreur est plus psychologique et peut-être, de ce fait, plus atroce encore.

Avec ce curieux huis clos fort bien écrit, Sylvain Kermici revisite à sa manière le récit de séquestration. Terrible. Glaçant.

Requiem pour Miranda, de Sylvain Kermici, Les Arènes/Équinox (2018), 173 pages.

Corpus Christine est le tout premier roman de Max Monnehay, jeune auteur de 25 ans.
Elle a fait fort pour son coup d’essai, son roman obtenant le Prix du Premier Roman 2006.

222617334x-01-_sclzzzzzzz_Résumé

Un homme vit en position horizontale, séquestré et affamé dans son propre appartement par sa femme. Il décrit son martyre, la longue horreur des jours passés à tenter de se nourrir : il rampe, se suspend, glisse. Elle, obèse, distille l’agonie, lui supprimant toute possibilité d’attenter à ses jours. Puis, elle disparaît totalement et la haine qui alimentait le famélique époux se mue en une docilité d’animal domestique qui attend sa pitance. Enfin elle revient et change de stratégie pour réveiller en lui une cruauté assoupie. Le squelettique reprend goût à la vie par le seul sentiment qu’il lui reste, le désir de meurtre.

Mon avis

Ce roman est agréable à lire mais sans plus. Je ne sais pas trop ce qu’on (les critiques littéraires) lui trouve. Certains disent de ce livre qu’il est « nothombien » entendez par-là qu’il ressemble à ce que fait Amélie Nothomb, ce qui n’est (à mon avis) pas forcément un gage de qualité. L’histoire est intéressante au début, puis je trouve que ça devient lassant à peine arrivé à la moitié. Ce livre ne me laissera pas un souvenir impérissable en tous les cas.

Corpus Christine, de Max Monnehay, Albin Michel (2006), 234 pages.