Articles Tagués ‘totalitarisme’

Nos derniers festins est un roman de Chantal Pelletier qui vient de paraître à la Série Noire.

51worljb4jlRésumé

France, 2044.
Dans une société très surveillée, les citoyens se doivent d’être exemplaires y compris dans leur alimentation. La malbouffe et l’obésité coûtant cher à la société, il convient de bien manger. Un permis de table, à points, similaire au permis de conduire, a été mis en place et les contrôles sont fréquents. Attention à qui mangerait trop gras, trop sucré ou en trop grandes quantités. Les mauvais mangeurs, ou pire, les fumeurs ou buveurs invétérés, peuvent perdre leur permis et se voir interdire de sécurité sociale. Dans ce contexte de prohibition alimentaire, le trafic de foie gras, ou même de camembert, est devenu monnaie courante. Dans un restaurant clandestin de Provence, un cuisinier est assassiné. Les autorités soupçonnent un lien avec un trafic alimentaire et deux contrôleurs sont dépêchés sur place.

Mon avis

Auteur d’une trentaine de romans, Chantal Pelletier était arrivée à la Série Noire en 1998 avec Éros et Thalasso. Ayant beaucoup écrit chez divers éditeurs, elle publie là un nouveau titre dans la mythique collection de Gallimard, onze ans après Montmartre, Mont des martyrs.
Mêlant anticipation et roman policier, le point de départ de Nos derniers festins est des plus alléchants. Écrans de contrôle individuels, réchauffement climatique et autres catastrophes naturelles en découlant… : les inventions de l’auteur sont aussi étonnantes – pour certaines – que plausibles et font froid dans le dos.
Le personnage de Lou, cheffe du Mas des collines, vétérane des guerres d’Afghanistan et cuisinière émérite, est très intéressant. À travers son parcours et celui d’autres personnages, on ressent bien l’amour de l’auteur pour la bonne cuisine, qu’elle soit française – la blanquette joue un rôle important dans l’intrigue – ou des quatre coins du monde. Les groupuscules se retrouvant en cachette pour manger de bonnes choses, rappelant d’une certaine manière les maquisards, sont là aussi une intéressante trouvaille de Chantal Pelletier. Le roman, sous des abords un peu simples, pose de véritables questions philosophiques, à commencer sur la légitimité d’un État à contrôler le quotidien de ses habitants. Jusqu’à quel point ? Dans quels intérêts ?

Bien que les personnages secondaires ne soient pas inoubliables pour la plupart et que l’intrigue policière s’avère un peu légère au final, on prend bien du plaisir à dévorer Nos derniers festins, dont les pages font saliver plus souvent qu’à leur tour.

Nos derniers festins, de Chantal Pelletier, Gallimard/Série Noire (2018), 208 pages.

Publicités

Animal Farm (La Ferme des animaux, en français) est un classique de la littérature anglaise écrit par Eric Blair, plus connu sous le pseudonyme de George Orwell, en 1945. Il met en scène des animaux, chassant le fermier de sa propriété pour vivre en autogestion.
Ce conte, est lisible à plusieurs niveaux. Au premier niveau, conte agréable, assez classique. Au second niveau, Orwell nous propose une réflexion sur l’URSS à partir de la révolution de 1917.

c578d7da1778d6f6cf913958f78dc3baRésumé

Un certain 21 juin eut lieu en Angleterre la révolte des animaux. Les cochons dirigent le nouveau régime. Snowball et Napoléon, cochons en chef, affichent un règlement :  » Tout ce qui est sur deux jambes est un ennemi. Tout ce qui est sur quatre jambes ou possède des ailes est un ami. Aucun animal ne portera de vêtements. Aucun animal ne dormira dans un lit. Aucun animal ne boira d’alcool. Aucun animal ne tuera un autre animal. Tous les animaux sont égaux.  » Le temps passe. La pluie efface les commandements. L’âne, un cynique, arrive encore à déchiffrer :  » Tous les animaux sont égaux, mais (il semble que cela ait été rajouté) il y en a qui le sont plus que d’autres.  »

Mon avis

A la lecture de ce livre j’ai vite compris pourquoi il est devenu un classique. Cette histoire, très simple, presque enfantine, permet en fait une véritable réflexion sur les sociétés autoritaires.
Côté suspens, c’est plutôt raté. C’est très prévisible et j’avais envisagé la chute à peine rendu au quart du livre, qui est d’ailleurs très court.
J’ai profité de cette occasion pour lire un peu en anglais. A part quelques termes du vocabulaire de la ferme, la lecture en V.O. est vraiment accessible. Il existe d’ailleurs une édition bilingue chez Folio.
Je pense que tout lecteur qui se respecte devrait passer par ce livre, qui est vraiment un incontournable.

Animal Farm, de George Orwell, Penguin Books (2006), 112 pages.