Articles Tagués ‘usine’

Jusqu’à la bête, second roman de Timothée Demeillers, est paru chez Asphalte en août dernier.

51i4spo9zxlRésumé

Erwan est ouvrier dans un grand abattoir de la banlieue d’Angers.
Depuis sa cellule, il nous raconte son frigo, où arrive chaque minute une nouvelle carcasse d’animal fraîchement abattu, le travail à la chaîne, celui qui use le corps et tue à petit feu, son amour pour Laëtitia, le cynisme de ses employeurs, les sorties avec les collègues pour oublier un peu l’usine le temps d’une soirée alcoolisée, son frère et les proches de ce dernier, qui comptent beaucoup pour lui, la vacuité de la vie en détention…
Oui, car si Erwan nous raconte tout ça depuis la prison, c’est parce qu’un jour, il a craqué…

Mon avis

Jusqu’à la bête, court roman de cent-soixante pages écrit à l’os, est l’histoire d’une vie qui bascule. Une vie normale. Une vie que rien ne préparait à ça. Ou peut-être tout si l’on y repense.
Sans verser un seul instant dans le pathos, Timothée Demeillers parvient à nous faire ressentir peu à peu l’oppression qui habite Erwan, son décalage par rapport à cette société rouleau-compresseur, qui fait courir toujours plus vite celui qui ne veut pas finir écrasé. L’usine occupe une grande place dans le récit. Les journées interminables passées à accomplir les mêmes gestes répétés à l’infini jusqu’à la retraite. Ou jusqu’à ce qu’on n’en puisse plus. Le mépris de la direction pour ces ouvriers interchangeables et corvéables à merci. Cette satanée usine qui reste en vous, même après le boulot. Des odeurs indélébiles qui résistent à tout lavage à ce rythme infernal sur lequel le cerveau se règle et que même les émissions télé ineptes, qu’on regarde quand même faute de pouvoir faire autre chose, trop las, ne parviennent pas à faire passer. Mais il faut bien gagner sa vie, remplir son caddie… Alors même épuisé, on met son réveil, et on retourne au turbin, coûte que coûte.

D’une puissance rarement égalée, Jusqu’à la bête est un cri désespéré contre cette société où la vie humaine passe après la course au profit. Un roman qui ne laisse pas indifférent et dont on ressort, sinon abattu, bien groggy.

Jusqu’à la bête, de Timothée Demeillers, Asphalte (2018), 160 pages.

Publicités