De bonnes raisons de mourir / Morgan Audic

Publié: 21 avril 2020 dans Polar français, Prix Polars Pourpres
Tags:, , , , , ,

De bonnes raisons de mourir est un roman de Morgan Audic paru en 2019 chez Albin Michel.

pol_cover_33896Résumé

Le capitaine Joseph Melnyk et sa collègue Galina Novak sont appelés pour une mort suspecte. Seulement, la victime a rendu l’âme à Pripiat, dans la zone d’exclusion de Tchernobyl. Et un malheur n’arrivant jamais seul, il s’avère qu’il ne s’agit pas d’un suicide, mais d’un meurtre particulièrement abject. Le cadavre, mutilé, a été suspendu à la façade d’un immeuble comme si l’homme voulait prendre son envol.
Au même moment, Alexandre Rybalko, un policier alcoolique condamné par un cancer, est engagé par le magnat du pétrole Vektor Sokolov pour enquêter sur la mort suspecte de son fils Léonid.

Mon avis

Après un premier roman paru aux éditions du Rouergue, voici Morgan Audic de retour avec un thriller ambitieux rappelant les meilleurs textes de Jean-Christophe Grangé. Pas étonnant donc, qu’il ait fait la quasi-unanimité des jurés du Prix Polars Pourpres, qui lui ont décerné leur Prix Découverte.

Le cadre, déjà, est atypique. Sans doute y en a-t-il d’autres, en cherchant bien, mais les romans se déroulant en grande partie dans les environs de Tchernobyl ne doivent pas être légion. L’auteur s’est solidement documenté sur cette région d’Ukraine, la catastrophe et ses conséquences mais ne tombe pas dans l’écueil de faire une démonstration de connaissances qui nuirait au récit. On apprend des choses sur l’Ukraine, la période soviétique, le nucléaire, etc. mais tout cela est très bien fait et jamais au détriment de l’intrigue.
Cette dernière est solide, avec son lot de rebondissements, dont certains sont particulièrement bien sentis. Les aller-retour entre aujourd’hui et 1986 sont bien dosés, la construction de l’ensemble concourant à l’efficacité du récit. Les personnages ne sont pas inoubliables mais assez charismatiques pour qu’on prenne plaisir à les suivre. Seul bémol ou presque, le personnage de Sokolov, milliardaire misanthrope et acariâtre persuadé que l’argent achète tout, est classique pour ne pas dire un peu « facile ».

Passionnant et efficace, De bonnes raisons de mourir se dévore admirablement malgré ses quelque 500 pages. Nous suivrons attentivement le parcours de Morgan Audic et en attendant, pour ceux qui seraient comme nous passés à côté, n’hésitez pas à lire Trop de morts au pays des merveilles.

De bonnes raisons de mourir, de Morgan Audic, Albin Michel (2019), 490 pages.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s