Vivant est un thriller pour la jeunesse de Roland Fuentès paru en 2018 chez Syros.

51et7gyenzlRésumé

Huit jeunes garçons et filles s’apprêtent à passer un séjour ensemble sur les bords de la Méditerranée. Au programme : révisions, sport et baignades dans les calanques. Il y a là sept étudiants, dont certains sont aussi athlètes de haut niveau, qui se connaissent plus ou moins. Et puis il y a Élias, que Lucas a invité. Ce dernier pensait que son ami, qui n’a pas fait d’études supérieures et travaille déjà dans le bâtiment, aurait peut-être un peu de mal à s’intégrer dans le groupe. Mais c’était sans compter sur le charme et la bonne humeur du jeune homme qui fait rapidement l’unanimité. Enfin presque. Car Mattéo, champion de triathlon, beau gosse et leader naturel, voit d’un mauvais œil cet étranger lui contester sa place au centre des débats.

Mon avis

Ce court roman – moins de deux cents pages – commence par une intense scène de course à pied dont on comprend vite que l’issue pourrait être fatale. Roland Fuentès prend ensuite le temps de planter le décor tout faisant se poursuivre cette scène inaugurale par intermittence, comme une espèce de fil rouge qui mènerait inéluctablement vers une issue funeste.

L’auteur, qui a déjà beaucoup écrit pour la jeunesse, n’en est pas à son coup d’essai. La construction est maîtrisée, l’écriture est plaisante. Peut-être les personnages manquent-ils un peu de profondeur pour convaincre totalement. Certains comportements des uns et des autres semblent naturels, d’autres moins. Surtout, le propos prétexte au roman, parrainé par la Cimade, à savoir la peur de l’étranger, n’est pas des plus évident. La haine qu’éprouve Mattéo envers Élias est-elle liée à sa couleur de peau ou à son ego démesuré et à son besoin, quasi maladif, d’être le centre de l’attention d’autrui ? Tout cela n’est pas très clair.

Il n’en demeure pas moins que Vivant, écrit comme un thriller, se lit d’une traite et non sans déplaisir. Ce roman devrait satisfaire nombre de jeunes lecteurs mais il lui manque sans doute un peu de profondeur pour en faire une lecture véritablement marquante.

Vivant, de Roland Fuentès, Syros (2018), 192 pages.

Publicités

Des jours sans fin (Days Without End) est un roman de Sebastian Barry paru en 2018 chez Joëlle Losfeld dans une traduction de Lætitia Devaux.
Hasard de mes lectures et du calendrier, il est paru en Folio il y a quelques semaines à peine.

51vaowl6lilRésumé

Thomas McNulty a fui l’Irlande et la Grande Famine. Il a vu trop de proches mourir de faim pour ne pas tenter la traversée. Comme tant d’autres dans ces bateaux surpeuplés où pullulent vermine, malnutrition et virus, il aurait pu arriver au Nouveau Monde les pieds devant. Il faut croire que le destin en avait décidé autrement. Arrivé en Amérique, le jeune homme rencontre rapidement John Cole. Les deux amis vivent de petits boulots puis, devenus amants, s’engagent ensemble dans l’Armée de l’Union, faute de mieux.

Mon avis

Reconnu en Grande-Bretagne où il est à ce jour le seul auteur à avoir remporté deux fois le prestigieux Prix Costa (ex Whitbread) – sa deuxième distinction lui ayant été précisément attribuée pour ce titre – Sebastian Barry est moins connu en France. Joëlle Losfeld publie pourtant ses romans avec pugnacité, soit une demi-douzaine de titres depuis Annie Dunne en 2005.

Des jours sans fin pourrait être qualifié de western. Il en partage les codes, à commencer par les scènes intenses de guerre de Sécession ou les nombreux raids contre les Indiens. Cependant, il serait réducteur de limiter cet opus à ce simple aspect tant les qualités y sont nombreuses. La sauvagerie est largement contrebalancée par une grande douceur entre les personnages, que ce soit l’amour entre Thomas et John ou, plus tard, celui qu’ils portent pour celle qu’ils appelleront Winona, une petite fille indienne seule rescapée d’un atroce massacre qu’ils décident de prendre sous leur aile. Des jours sans fin est aussi un condensé de l’histoire de la conquête de l’Ouest. Orphelin migrant en Amérique dans les années 1850, Thomas McNulty combat l’Armée des États confédérés et n’est pas insensible aux idées progressistes d’Abraham Lincoln. À une époque où, surtout pour un soldat, l’espérance de vie n’était pas fameuse, il a la chance d’assister, durant son existence mouvementée, à la création de nombreuses villes, à l’avancement de la voie ferrée vers l’Est, aux traités de paix signés avec des chefs indiens, etc.

« L’eau était potable sous la couche de glace en train d’épaissir. Vu les basses températures, les provisions seraient bien conservées. On disposait d’une forêt entière pour le bois de chauffage. Quand on lavait nos chemises et nos pantalons écossais, puis qu’on allait les récupérer sur les buissons où on les avait étendus pour sécher, ils étaient raides comme la mort à cause du froid. Parfois, on retrouvait de pauvres vaches gelées sur pied, à croire qu’elles avaient vu la Méduse. Certains ont perdu trois années de solde aux cartes. Ils pariaient jusqu’à leurs bottes, puis imploraient la pitié du gagnant. La pisse gelait en giclant de notre poireau, et malheur à celui qui était constipé ou qui avait un instant d’hésitation, il se retrouvait avec un marron glacé collé au cul. Le whisky continuait à nous dévorer le foie. Pour la plupart d’entre nous, c’était la vie la plus agréable qu’on ait jamais connue. »

Les scènes de guerre sont très bien écrites et le quotidien peu reluisant des tuniques bleues saisit d’effroi à bien des égards. Sans trop en faire ni sombrer dans un quelconque prosélytisme, la relation entre Thomas et John est donnée à voir avec bienveillance, et les scènes où McNulty se travestit devant d’autres hommes à l’occasion de spectacles de cabaret sont marquantes.

Mêlant guerre, amour, et conquête de l’Ouest, Des jours sans fin est un brillant roman, très joliment écrit, évoquant des titres comme Le Dernier des Mohicans ou Faillir être flingué. Sebastian Barry confie avoir mis beaucoup de lui dans le personnage de Thomas et « avoir mis plus de cinquante ans à écrire ce roman », solidement documenté et largement inspiré de l’histoire de son arrière-grand-oncle. Rassurons-le, le jeu en valait la chandelle.

Des jours sans fin (Days Without End, 2016), de Sebastian Barry, Joëlle Losfeld (2018). Traduit de l’anglais (Irlande) par Lætitia Devaux, 272 pages.

Nos derniers festins est un roman de Chantal Pelletier qui vient de paraître à la Série Noire.

51worljb4jlRésumé

France, 2044.
Dans une société très surveillée, les citoyens se doivent d’être exemplaires y compris dans leur alimentation. La malbouffe et l’obésité coûtant cher à la société, il convient de bien manger. Un permis de table, à points, similaire au permis de conduire, a été mis en place et les contrôles sont fréquents. Attention à qui mangerait trop gras, trop sucré ou en trop grandes quantités. Les mauvais mangeurs, ou pire, les fumeurs ou buveurs invétérés, peuvent perdre leur permis et se voir interdire de sécurité sociale. Dans ce contexte de prohibition alimentaire, le trafic de foie gras, ou même de camembert, est devenu monnaie courante. Dans un restaurant clandestin de Provence, un cuisinier est assassiné. Les autorités soupçonnent un lien avec un trafic alimentaire et deux contrôleurs sont dépêchés sur place.

Mon avis

Auteur d’une trentaine de romans, Chantal Pelletier était arrivée à la Série Noire en 1998 avec Éros et Thalasso. Ayant beaucoup écrit chez divers éditeurs, elle publie là un nouveau titre dans la mythique collection de Gallimard, onze ans après Montmartre, Mont des martyrs.
Mêlant anticipation et roman policier, le point de départ de Nos derniers festins est des plus alléchants. Écrans de contrôle individuels, réchauffement climatique et autres catastrophes naturelles en découlant… : les inventions de l’auteur sont aussi étonnantes – pour certaines – que plausibles et font froid dans le dos.
Le personnage de Lou, cheffe du Mas des collines, vétérane des guerres d’Afghanistan et cuisinière émérite, est très intéressant. À travers son parcours et celui d’autres personnages, on ressent bien l’amour de l’auteur pour la bonne cuisine, qu’elle soit française – la blanquette joue un rôle important dans l’intrigue – ou des quatre coins du monde. Les groupuscules se retrouvant en cachette pour manger de bonnes choses, rappelant d’une certaine manière les maquisards, sont là aussi une intéressante trouvaille de Chantal Pelletier. Le roman, sous des abords un peu simples, pose de véritables questions philosophiques, à commencer sur la légitimité d’un État à contrôler le quotidien de ses habitants. Jusqu’à quel point ? Dans quels intérêts ?

Bien que les personnages secondaires ne soient pas inoubliables pour la plupart et que l’intrigue policière s’avère un peu légère au final, on prend bien du plaisir à dévorer Nos derniers festins, dont les pages font saliver plus souvent qu’à leur tour.

Nos derniers festins, de Chantal Pelletier, Gallimard/Série Noire (2018), 208 pages.

Les Ombres de Montelupo est un roman de Valerio Varesi paru chez Agullo en 2018 dans une traduction de Sarah Amrani.
Il est récemment paru en poche chez Points.

41y6-yjrrdlRésumé

Le commissaire Soneri décide de prendre quelques jours de vacances bien méritées. Il quitte le tumulte de Parme pour rejoindre sa bourgade natale des Appenins, au pied du Montelupo. Au programme : repos, bonne chère et promenades dans les sous-bois à la recherche de champignons.
À peine arrivé, il a comme un pressentiment. De curieuses affichettes annoncent que Paride Rodolfi, fils du magnat de la charcuterie, n’a pas disparu. Lors d’une première cueillette, Soneri ne récolte que des trompettes de la mort, champignons annonciateurs de mauvais présages selon certains. Des coups de fusils inexpliqués éclatent sur les flancs du Montelupo. Le chien du père Rodolfi rentre seul, accréditant la thèse de la disparition de Palmiro. Et puis ce n’est pas un champignon que Soneri trouve sur un tapis de feuilles mortes. Ses vacances sont définitivement foutues.

Mon avis

Après une crue dantesque du Pô dans Le Fleuve des brumes et une enquête dans les rues du vieux Parme dans La Pension de la via Saffi, voici donc la troisième apparition du commissaire Soneri. Ici, il retrouve le temps de courtes vacances le village de son enfance. Lors de ses balades en forêt, tout un tas de souvenirs et de sentiments remontent à la surface en même temps que les odeurs d’humus, de champignons… et bientôt de cordite. La nostalgie, plus encore que dans les deux premiers opus, est incontestablement le maître-mot de ce roman. À cet égard, et malgré un caractère latin incontestable, aussi bien dans la gastronomie que dans les comportements des individus,

Les Ombres de Montelupo fait furieusement penser aux romans d’Arnaldur Indriðason. Comme Erlendur, Soneri est un doux rêveur, la nostalgie le prend régulièrement, souvent par surprise, mais sans pour autant l’accabler. Ses balades introspectives l’amènent à se poser des questions sur lui-même mais aussi sur son père, ancien résistant et communiste, qu’il a finalement assez mal connu. Il se rend compte aussi que même en étant né ici, il n’est plus tout à fait à sa place en ce lieu, les choses étant à la fois immuables et profondément changeantes. Certains lecteurs trouveront peut-être le rythme trop lent à leur goût. Pour autant, Valerio Varesi n’oublie pas de faire progresser l’intrigue. S’il n’est pas adepte de la débauche de twists, l’auteur propose là un certain nombre de rebondissements et une scène de cache-cache épique sur le Montelupo entre les carabinieri et le Maquisard, un homme des bois insaisissable mais suspect que les forces de l’ordre aimeraient interroger. De mystérieux contrebandiers roumains rôderaient aussi sur les flancs du Montelupo, bien que personne n’en soit tout à fait certain. Soneri, bien qu’en vacances comme il aime à le rappeler, ne peut s’empêcher d’enquêter et d’interroger les habitants qu’il connaît bien, à tel point que même les enquêteurs officiels viennent bientôt lui demander conseil.

Aussi mélancolique que magnifique, cette troisième enquête de Soneri est un véritable régal littéraire. L’écriture de Valerio Varesi, à la fois très fine et retorse quand il faut devient incontestablement une référence en matière de roman noir à l’ambiance feutrée. Ça tombe bien, une quatrième enquête du commissaire vient de paraître, toujours chez Agullo : Les mains vides.

Les Ombres de Montelupo (Le ombre di Montelupo, 2005), de Valerio Varesi, Agullo/Noir (2018). Traduit de l’italien par Sarah Amrani, 320 pages.

Le Sympathisant (The Sympathizer) est un roman de Viet Than Nguyen paru chez Belfond en 2017 dans une traduction de Clément Baude.
Il est désormais disponible en poche chez 10/18.

41eapv1ivrlRésumé

Ce roman commence en avril 1975. Le tumulte règne à Saïgon et nombre d’Américains décident de fuir le Vietnam tant qu’il est encore temps. Chacun veut sauver ses proches mais aussi des Sud-vietnamiens en bons termes avec la famille. Seulement, les places à bord des avions coûtent cher et il faut faire des choix cruels. Une foule de candidats au départ s’amasse à l’aéroport mais l’attente est interminable et l’issue incertaine. Le narrateur, – un Capitaine dont on ne saura jamais le nom – parvient à décoller in extremis avec le Général et sa famille. Ce que ceux-ci ignorent, c’est qu’ils ont embarqué avec eux un agent double à la solde des communistes.

Mon avis

Le Sympathisant a reçu entre autres prix le Pulitzer et l’Edgar Award du meilleur premier roman. Courant sur plus de cinq cents pages, cet opus est passionnant bien que certains aspects puissent ne pas totalement convaincre les amateurs de polar. Viet Thanh Nguyen accorde ainsi beaucoup de place aux bluettes de l’agent. Aussi bien à la relation libre qu’il entretient avec une quadragénaire de Los Angeles d’origine japonaise qu’à son admiration béate pour la fille du général, magnifique jeune femme souhaitant se lancer dans la chanson.

Si le roman comporte bien quelques longueurs, l’auteur fait alterner habilement moments de tension et de réflexion, parfois très intéressants. Les questionnements du Capitaine quant à son identité sont très pertinents, lui qui est né d’un père français et d’une mère vietnamienne. Communiste ayant étudié aux États-Unis où il vit désormais mais continuant à communiquer par messages codés avec les forces Vietcongs, tiraillé par ses origines et quelque part rejeté par les deux camps, il peine à trouver sa place et à s’accepter lui-même. L’exil vietnamien à L.A., qui compte alors une véritable diaspora d’Asie du sud-est, est également l’un des sujets du livre, qui n’en demeure pas moins un efficace roman d’espionnage, le narrateur devant parfois se salir les mains pour ne pas se faire démasquer.

Le temps d’une large parenthèse, l’agent se retrouve consultant pour un film hollywoodien à gros budget, et les cinéphiles reconnaîtront sans doute, même si certains éléments ont été modifiés, le tournage dantesque d’Apocalypse Now aux Philippines. Ce que viennent d’ailleurs confirmer les nombreuses lectures de Viet Than Nguyen qu’il mentionne dans une impressionnante bibliographie prouvant à quel point il s’est documenté pour faire tenir debout ce roman-fleuve et sans doute irréprochable d’un point de vue historique.

Très intéressant et impressionnant à bien des égards, surtout s’agissant d’un premier roman, il manque à ce Sympathisant un petit quelque chose pour en faire une lecture durablement marquante. Peut-être parce qu’on peine à s’attacher à ce personnage, finalement assez lisse malgré sa dualité.

Le Sympathisant (The Sympathizer, 2015), de Viet Than Nguyen, Belfond (2017). Traduit de l’anglais (États-Unis) par Clément Baude, 504 pages.

Un Vent de cendres est un roman de Sandrine Collette paru chez Denoël en 2014.
Je l’ai écouté dans sa version audio (CdL éditions) interprétée par Kriss Goupil.

51zdwup5p-lRésumé

Malo et Camille sortent à peine de l’adolescence et décident de faire leurs premières vendanges ensemble, histoire de mettre un peu d’argent de côté. Sur place, le travail ne manque pas et frère et sœur ne mettent pas le même cœur à l’ouvrage. Elle bosse pour deux avec une motivation qu’elle ne se soupçonnait même pas tandis qu’il ronchonne en espérant que ça se termine au plus vite.
Chaleur, fatigue, vin, contremaître sévère, propriétaire sinistre… Tous les éléments sont réunis pour que la tension monte, ce qui ne manque pas d’arriver. Malo s’emporte et disparaît.
Mais qu’il ne soit pas de retour le lendemain, ça, Camille ne peut pas le concevoir. Il ne lui aurait jamais fait ça, pas sans la prévenir. Pour elle, c’est obligé, il s’est passé quelque chose.

Mon avis

Après le succès de son premier roman, Des nœuds d’acier, huis clos efficace rappelant Misery, et avant les nombreux autres titres qu’on lui connaît désormais, à commencer par les très bons Les Larmes noires sur la terre et Juste après la vague, Sandrine Collette nous proposait en 2014 ce deuxième roman. Elle a d’ailleurs commencé à l’écrire avant la sortie en librairie et la fortune du premier, lauréat du Grand Prix de Littérature policière en 2013, ce qui lui a, dit-elle, évité de trop angoisser durant la phase d’écriture. S’il est toujours rural, on change ici de décor, quittant les montagnes pour les plaines de la Champagne. Le quotidien des vendanges y est bien décrit – ça sent le vécu – et les personnages sont globalement réussis, aussi bien les principaux que les seconds couteaux.

Le roman démarre sur les chapeaux de roues avec une atroce scène d’accident de voiture d’anthologie. S’ensuit l’arrivé des deux jeunes au domaine et leur découverte du travail, des autres vendangeurs et des habitués des lieux. C’est ensuite que l’air devient électrique et que la tension commence à monter petit à petit pour ne plus vraiment redescendre avant le final, surprenant, et un épilogue d’une rare noirceur.
Camille a une grande force de caractère, avec sa volonté farouche de tout faire pour retrouver son frère. Octave, le propriétaire des lieux, est mystérieux à souhait et son attirance soudaine pour Camille est immédiatement dérangeante aussi bien pour la jeune fille que pour le lecteur. Malgré la différence d’âge et son physique abîmé, elle éprouve des sentiments contradictoires à son égard et bien difficile de savoir comment tout cela va bien pouvoir se terminer.

Les ingrédients pour un grand roman semblent au rendez-vous. Difficile alors de savoir pourquoi Un vent de cendres a du mal à convaincre. Peut-être parce qu’on peine, malgré leur qualité, à s’attacher aux personnages. Au point d’être le moins abouti des romans de l’auteur ? Chacun se fera son avis.

Évoquant quelque part La Belle et la Bête, Un Vent de cendres est un thriller glaçant auquel il manque un petit quelque chose pour en faire un grand roman. Au vu du texte et de l’écriture, on ne peut que se demander si le nom d’un des chevaux, Moloch, n’est pas un clin d’œil au roman de Thierry Jonquet.
Profitons de ce billet pour signaler la sortie récente, toujours chez Denoël, d’un nouvel opus de Sandrine Collette : Animal.

Un Vent de cendres, de Sandrine Collette, Denoël/Sueurs Froides (2014), 272 pages.
Écouté dans la version audio, CdL éditions (2015), interprétée par Kriss Goupil, 6h40mn.

Cherry est un roman de Nico Walker paru il y a quelques jours dans la collection Équinox des éditions des Arènes, dans une traduction de Nicolas Richard.

51hvscxkuolRésumé

Cleveland, 2013.
En première année d’études supérieures, le narrateur n’est passionné ni par les cours ni par grand-chose d’autre en vérité, comme on peut l’être à dix-huit ans. Malgré son intérêt pour les filles, à commencer par la belle Madison, sa rencontre avec Emily est plus qu’un choc. C’est une révélation : le véritable coup de foudre. Dès lors, il ne s’imagine plus vivre sans elle. Lorsqu’elle lui annonce qu’elle part pour ses études au Canada, totalement désemparé, il décide de s’engager dans l’armée sur un coup de tête. L’envoi de sa section en Irak sera pour lui le début des ennuis…

Mon avis

Vétéran de la guerre d’Irak, Nico Walker, ancien drogué, a été condamné à treize ans de prison pour braquage. S’il devrait sortir de prison en 2020, ce premier roman, il l’a écrit derrière les barreaux. Bien qu’elle ne soit pas présentée comme telle, Cherry est incontestablement une autobiographie romancée. On ne peut que sourire, en se demandant à quel point l’auteur se moque de nous lorsqu’il écrit, en introduction de son œuvre : « Ce livre est une œuvre de fiction. Ces choses-là n’ont jamais eu lieu. Ces gens n’ont jamais existé. »

S’il est difficile de savoir ce qui lui est réellement arrivé ou non, ce qu’il a vraiment vu ou non – et à la limite, peu importe – ce roman est fortement inspiré de faits réels et de l’expérience hors du commun de Nico Walker. C’est sans doute pourquoi tout paraît si viscéralement vrai. De la puissance de l’amour du narrateur pour Emily à sa décrépitude dans l’héroïne et autres dérivés de l’opium en passant par l’horreur de la guerre d’Irak et ses conséquences sur la santé mentale de n’importe quel être humain normalement constitué. S’il comporte techniquement six parties, le roman est construit en trois blocs bien distincts. La première partie donne à voir la vie étudiante du narrateur, sa rencontre avec Emily, leurs premiers émois et les soirées estudiantines, d’où la drogue n’était déjà pas étrangère… La deuxième partie est entièrement consacrée à l’expérience militaire du narrateur, et en premier chef au quotidien des GI pendant la guerre d’Irak. Si les scènes de guerre sont plus vraies que nature et mettent parfois le lecteur dans l’inconfort total – attention, certains passages sont très rudes – l’oisiveté à la caserne semble presque aussi éprouvante. Tensions internes, consommation excessive de porno, ingestion de produits divers et variés comme le dépoussiérant pour ordinateur faute de drogues à portée de main… Après une année de combats, l’auteur rentre aux États-Unis dans un sale état, comme nombre de ses compagnons d’armes. Il songe au suicide, se fait suivre pour faire face à son état de stress post-traumatique. Puis Emily ressurgit dans sa vie, pour le meilleur et pour le pire. C’est cette longue descente aux enfers, paradoxalement idyllique, que raconte la dernière partie.

D’un réalisme à toute épreuve, aussi bien dans les scènes de guerre et d’amour que dans les descriptions des effets de la drogue ou les dialogues, souvent brillants, Cherry est une expérience de lecture hors du commun, saisissante à bien des égards. Malgré la violence, la rage et l’autodestruction qui s’en dégagent, cette tragédie poignante est aussi l’occasion de grands moments de tendresse. Après avoir été étudiant, soldat, junky et braqueur, Nico Walker est devenu un écrivain de grand talent.

Cherry (Cherry, 2018), de Nico Walker, Les Arènes/Équinox (2019). Traduit de l’anglais (États-Unis) par Nicolas Richard, 430 pages.